FNC 2012 : “A Liar’s Autobiography : the Untrue Story of Monty Python’s Graham Chapman”

Adolescente, je vouais un culte pour le groupe d’humoristes canadiens The Kids in the Hall. En lisant sur eux, j’ai appris que leur plus grande influence était le groupe d’humoristes britanniques, Monty Python. Puisque leur style d’humour était très similaire (humour à sketch absurde), j’ai naturellement accroché sur la folie qu’est l’émission Monty Python’s Flying Circus, programmant mon lecteur VHS pour capturer les épisodes jouant sur la chaîne Bravo tard dans la nuit…

Avec le temps, j’ai mis de côté les Python: j’avais vu tous les films, entendu tous les CD, vu la comédie musicale Spamalot sur Broadway et presque tous les épisodes de l’émission, en plus de me rendre jusqu’au quartier londonien où le sketch The Ministry of Silly Walks a été tourné pour y faire mon propre silly walk, il était temps de passer à autre chose. Par contre, je ne pouvais complètement oublier le groupe car son influence est imprégnée dans les humoristes anglo-saxons contemporains. Mis à part The Kids in the Hall, plusieurs émissions ou humoristes que j’aimais tels que Saturday Night LiveThe SimpsonsSCTV, Cheech et Chong, The Daily Show, et beaucoup d’autres ont indéniablement été influencé par ce groupe. Le terme pythonesque a même été créé et reconnu par le Oxford English Dictionary pour décrire l’humour abstrait et surréaliste du groupe!

Ceci étant dit, je ne pouvais que naturellement naviguer vers “A Liar’s Autobiography : the Untrue Story of Monty Python’s Graham Chapman”. Je n’avais pas lu la fausse autobiographie de Chapman sur lequel ce film est basé, mais j’avais hâte de retomber dans le monde fou des Python et voir comment les cinéastes allaient mettre en images ce livre en animation 3D… et avec la voix de Chapman à la narration, décédé en 1989?!? Effectivement, Chapman avait enregistré une lecture de sa pseudo-autobiographie en 1987, deux ans avant son décès d’un cancer; les cinéastes ont utilisé ces enregistrements pour s’assurer de l’implication du principal intéressé dans le film!

La présentation des chapitres de la vie de Chapman est facilitée par l’utilisation d’animations 3D de 14 studios différents, dans autant de styles différents. Ceci rend le film divertissant et animé, un peu comme le faisait les animations de Terry Gilliam dans l’émission télévisée. C’était typiquement pythonesque! Quatre des autres membres du groupe son impliqués dans le projet : Gilliam, John Cleese, Terry Jones et Michael Palin prêtent leurs voix à différents personnages. (Eric Idle aurait été indisponible durant la production du film.) Je crois que Graham n’aurait pas voulu voir son histoire d’une autre façon!

Graham Chapman, John Cleese, Michael Palin et Terry Jones dans un des chapitres animés de la vie de Chapman.

Aussi amusant que ce film pouvait être, il ne faisait que me replonger brièvement dans l’univers de Monty Python. L’animation apportait un bel emballage au contenu mais ce dernier tombait un peu à plat, devenant long et redondant par moments. Peut-être est-ce parce que la force des Python est en leur groupe? Ceci est, au fonds, une interprétation d’une œuvre solo, pas une oeuvre du groupe. Je comprends que l’autobiographie de Chapman ne pouvait venir que de lui, mais il y a peut-être une raison pour laquelle son meilleur travail provenait de Monty Python : il est enrichi par les autres. Ou est-ce moi qui a une préférence pour ce que tous (ou presque tous) les Python peuvent offrir? À part une brève mais hilarante apparition de Sigmund Freud (auquel Cameron Diaz prête sa voix!), ce que je retiens le plus du film, est l’extrait du célébrissime sketch The Spanish Inquisition et les paroles de la chanson classique Sit on My Face… “A Liar’s Autobiography” apporte peu de nouveau, certes, mais demeure un moment agréable pour tout fan des Python, et certainement le film le plus unique visuellement de l’année!

LE MOT DE LA FIN : Incontournable pour les fans de Monty Python, mais ne vous attendez pas à du nouveau Python. Pour paraphraser leur sketch Dead Parrot : « (Python) has passed on! He is no more! He has ceased to be! He’s expired and gone to see his maker!” ;) Bien drôle mais peu memorable quoique something completely different dans sa forme et sa présentation. Verdict? ÇA VAUT LE PLEIN PRIX pour les fans, sinon ATTENDEZ LE DVD! 

DERNIERS DÉTAILS: “A Liar’s Autobiography: the Untrue Story of Monty Python’s Graham Chapman” réalisé et scénarisé par Bill Jones, Jeff Simpson et Ben Timlett, basé sur le livre A Liar’s Autobiography: Volume IV de Graham Chapman et David Sherlock, mettant en vedette Graham Chapman, John Cleese, Terry Jones, Michael Palin et Terry Gilliam.

About these ads

Commentaires? Comments?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s