“The Iron Lady”

Après avoir vu cette biographie sur Margaret Thatcher, tout ce que je veux c’est que Meryl Streep gagne son 3e Oscar ! Il est clair, par son choix de rôles et ses habiletés caméléonesques, que Streep est dans une bande à part au niveau du jeu d’acteur et qu’on ne peut imaginer une autre actrice pour personnifier Thatcher.

J’ai eu vent qu’il y a des erreurs factuelles dans le film (j’en reparle à la fin du post), mais j’ai choisi de ne pas découvrir quelles sont ces erreurs avant de voir le film pour que je puisse l’évaluer uniquement en tant qu’expérience cinématographique. Ceci étant dit, j’ai bien aimé la structure narrative du film. Nous rencontrons Margaret Thatcher âgée de 90 ans et plus, vivant seule, acceptant mal les hallucinations de son mari décédé, et qui revit en “flashbacks” son passé. Sa jeunesse, ses débuts en politique, son ascension au à la tête du Parti conservateur de Grande-Bretagne, et, évidemment, son règne en tant que Première Ministre font partie de l’histoire, entrecoupée par la Thatcher d’aujourd’hui, qui a des pertes de mémoires, des problèmes avec ses enfants, etc. Ce choix de narration rendait le film très fluide et intéressant, sans longueurs.

Ce qui étonne du film est que le vieillissement est traitée de façon réaliste. Thatcher dans sa vieillesse n’est pas montrée de façon glorifiée, ce qui est rafraîchissant, mais triste lorsqu’on sait qu’elle est toujours vivante. Je ne pouvais m’empêcher de l’imaginer seule et confuse. Au niveau technique, le maquillage est très réaliste. En tant que personne qui travaille auprès de personnes âgées, j’étais impressionnée par le réalisme du cou, des cheveux, des mains ; mais aussi la façon de parler, de bouger, de s’exprimer. Meryl Streep habitait ce rôle à la perfection, les costumes et le maquillage ne faisaient que bonifier une prestation déjà parfaite ! Disons que ça a réussi à me faire oublier le “maquillageus horribilus” d’un certain film nommé “J. Edgar”…

Pour revenir aux erreurs factuelles, j’ai fait des recherches suite au visionnement. Le biographe de Thatcher, John Campbell, qui a écrit le livre « The Iron Lady » sur lequel le film est basé, critique l’amplification du rôle donné à la Thatcher du film dans certains dossiers. C’était parfois ses ministres ou secrétaires qui ont réellement pris les décisions importantes qui sont prises par la Thatcher du film. Je ne veux pas encourager les erreurs et les incongruités dans les films basés sur des personnages et situations réelles. Je comprends qu’il est parfois nécessaire de faire des choix dans le but de mieux raconter une histoire. Un film est et sera toujours l’interprétation de personnages et de situations réelles par le biais de réalisateurs, scénaristes et acteurs. Je crois plutôt que si un cinéphile veut être certain d’avoir une vision juste d’un film basé sur la réalité, il peut compléter son expérience cinématographique en consultant des sites webs journalistiques, livres et autres médias pertinents. Non seulement il aura plus d’informations sur les personnes et situations du film, mais il aura aussi enrichi son visionnement en la prologeant en dehors de la salle de cinéma. N’est-ce pas ce que le cinéma est sensé être?🙂

MOT DE LA FIN: À recommander principalement pour la prestation de Meryl Streep! Si vous êtes interessés par les films biographiques et politiques, vous apprécierez certainement. ÇA VAUT LE PLEIN PRIX DU BILLET!

DERNIERS DÉTAILS: “The Iron Lady” (2011) réalisé pay Phyllida Lloyd, écrit par Abi Morgan, mettant en vedette Meryl Streep, Jim Broadbent et Richard E. Grant.

3 thoughts on ““The Iron Lady”

  1. Ouiiii!!!!!!!
    un film à voir, je suis du même avis que toi! il m’arrive de grogner dans ma “crevardise naturelle” sur l’augmentation incessante du prix du billet de cinéma. Mais je dois dire que quand un film réponds à mes attentes et plus…je suis contente de payer le plein prix.
    Et ce film vaut le billet de cinéma! j’apprécie particulièrement d’avoir été invité à le voir et découvrir cinémagique ;))
    Ceque je n’ai pas aimé : presque RIEN
    Ce que j’ai apprécié: Presque TOUT
    La prestation “nec plus ultra” de Mme Streep
    la présence féminine à la réalisation, scénario et 1er rôle
    la présence de Jim Broadbent qui, pour moi, est un spécialiste des petits rôles réussis
    la structure narrative qui intensifie le réalisme de cette oeuvre biographique
    le choix de ne pas tout montrer ou tout expliquer
    Spoiler: la superbe tirade de Mme T. chez son médecin.
    Je ne me suis pas ennuyer une seconde lors de la séance!
    un bon film !🙂

    Like

    • Quel bon commentaire Yo! J’avais oublié la scène chez le médecin, c’est une petite scène comme ça qui ajoute à l’authenticité du personnage, qui la rend plus humaine et qui fait que nous nous identifions davantage à celle-ci. Quand on s’attache à un personnage, conséquemment, je crois qu’on se trouve à apprécier davantage un film. Ça a l’air d’être le cas de “The Iron Lady”😉

      Like

  2. Pingback: TIFF 2013: “The Invisible Woman” | WATTS AT THE MOVIES

Commentaires? Comments?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s