“A Dangerous Method”

Il y a des acteurs qui sont tellement bons et généreux qu’ils arrivent à rehausser le jeu des autres acteurs avec qui ils partagent la vedette. Le premier exemple qui me vient à l’esprit est Paul Giamatti dans « Sideways », qui a enrichi le jeu d’acteurs « moyens » comme Virginia Madsen et Thomas Hayden Church au point où ceux-ci en sont sortis avec des nominations aux Oscars.

Il existe aussi des acteurs qui sont tellement mauvais qu’ils enlèvent au jeu des autres acteurs, rendant ces autres acteurs presque aussi mauvais qu’eux. Je parle ici de Keira Knightley qui a malheureusement démoli le jeu de Michael Fassbender dans « A Dangerous Method ».

Tout d’abord, l’action du film tourne autour de la relation entre les psychanalystes Carl Jung (Fassbender) et Sigmund Freud (Viggo Mortensen), de leur amitié mais aussi de leurs divergences face à leur profession. On apprend beaucoup sur les fondements de la psychanalyse, les différents points de vue et le type de recherche qu’ont entreprit Freud et Jung. C’est grâce à une patiente (Knightley) auquel Jung s’attache beaucoup trop que les problèmes et les divergences entre Jung et Freud s’amplifient.

Knightley joue Sabina Spielrein, une patiente du Dr. Jung, avec une condition psychiatrique particulière. J’avais entendu que sa prestation était caricaturale, mais j’ai voulu mettre ça de côté en regardant le film, pour que ça ne nuise pas à mon visionnement. Le problème n’est pas vraiment son exagération du cliché du patient psychiatrique (cris, violence envers les autres, rires en folie, etc.), car il y a vraiment des patients psychiatriques qui agissent comme elle agissait dans le film, mais plutôt le fait qu’elle n’est pas convaincante dans le rôle. Non seulement je ne la croyais pas lorsque sous les soins du Dr. Jung, mais même plus tard, une fois « guérie » et l’amante de Jung, je ne la croyais pas du tout. Knightley gardait son jeu très distant et froid, au point il n’y avait pas de chimie entre elle Fassbender. Dommage car leur liaison amoureuse est un point pivot dans l’histoire…

Comme je le disais plus tôt, le jeu de Fassbender m’a déçue. Après l’avoir vu dans « Shame », un des meilleurs rôles de sa carrière, tout autre rôle risquait d’être décevant, mais c’était bien plus que ça. Il n’était pas très convaincant, souvent sur le même ton comme si le mauvais jeu de Knightley est venu gruger dans le sien. Lorsque son personnage pleure sur les genoux de Knightley car il l’aime mais doit terminer leur relation extraconjugale, j’ai été surprise. Jusqu’à ce que ces mots sortent de sa bouche, je ne croyais pas qu’il était en amour avec le personnage de Knightley! Oh la la! Problème!!!

J’aimerais rectifier ici que je ne déteste pas Keira Knightley comme actrice, ce rôle complexe n’était tout simplement pas fait pour elle. À ce stade-ci de sa carrière, je l’ai surtout trouvé crédible dans les films de Joe Wright « Pride and Prejudice » et « Atonement » mais aussi « Bend it Like Beckham »… mais pour le reste, bof! Je trouve ça bien qu’elle essaie de diversifier ses rôles et d’essayer autre chose que des premiers rôles de jeune naïve, amoureuse avec un côté « tough chick », mais ça ne veut pas dire qu’elle est capable de jouer ces autres rôles… Dans son groupe d’âge, j’aurais plutôt choisi Carey Mulligan, qui a déjà prouvé qu’elle peut non seulement jouer les jeunes naïves amoureuses (« An Education », « Pride and Prejudice ») mais aussi des rôles plus crus comme dans « Shame » et « Drive ». Elle est souvent l’étincelle dans des films moyens comme « Never Let Me Go » et « Wall Street: Money Never Sleeps ». Je la trouve exceptionnelle! Je crois qu’elle aurait pu tenir le rôle de Knightley à sa juste valeur…

Heureusement qu’il y a Viggo Mortensen. J’ai étudié Freud au Cégep dans mes cours de Psychologie et de Philosophie, mais aussi lors de mon Bac, ce qui a créé une certaine image du père de la psychanalyse dans ma tête. Mortensen était une personnification vivante de l’image que j’avais de Freud. Ses maniérismes et sa façon de parler étaient exactement comme je l’imaginais, et probablement comme plusieurs autres personnes imaginaient. Chacune de ses scènes étaient savoureuses et arrivaient à me faire oublier la décevante prestation de Knightley. C’était vraiment un délice de le voir aller, il ne m’a pas déçu!

PETIT CONSEIL: Si vous n’êtes pas extrêmement confortable en anglais, je vous suggère de voir le film dans sa version française. Il y a beaucoup de dialogues très techniques sur la psychanalyse qui ne sont pas toujours faciles à suivre même pour une personne bilingue comme moi.

LE MOT DE LA FIN: Malheureusement, Keira Knightley a causé beaucoup de mal à ce film. Par contre, la prestation de Viggo Mortensen, le sujet des débuts de la psychanalyse, les superbes décors et costumes, ont aidé à “sauver” le film pour moi. Verdict? PETIT PRIX DU MARDI!

DERNIERS DÉTAILS: « A Dangerous Method » (2011) réalisé par David Cronenberg, scénarisé par Christopher Hampton, basé sur sa pièce « The Talking Cure » et le livre « A Most Dangerous Method » de John Kerr, mettant en vedette Michael Fassbender, Keira Knightley, Viggo Mortensen et Vincent Cassel.

One thought on ““A Dangerous Method”

  1. Pingback: TIFF 2013: “The Grand Seduction” | WATTS AT THE MOVIES

Commentaires? Comments?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s