Le problème avec la MPAA

La Motion Picture Association of America (MPAA) est l’organisme qui détermine la cote de classification d’un film. Elle représente les six plus gros studios hollywoodiens, soit Paramount, Warner Bros., Columbia, Walt Disney, Universal et 20th Century Fox, et dessert principalement ses propres intérêts. Avec les récents déboires de Harvey Weinstein auprès de la MPAA, j’ai voulu comprendre davantage le système de classification.


Avant de continuer, voici les cotes de classement aux États-Unis:
G = General Audiences
PG = Parental Guidance Suggested /Some material may not be suitable for children
PG-13 = Parents Strongly Cautioned / Some material may be inappropriate for children under the age of 13
R = Restricted / Under 17 not admitted without parent or adult guardian
NC-17 = No One 17 and Under Admitted (cette cote est rarement donnée à un film et est souvent perçue comme son arrêt de mort. “Shame” a été le dernier film à recevoir cette cote appropriée, mais a quand même eu des bonnes recettes!)

En faisant quelques recherches, j’ai découvert que les membres du comité de sélection sont supposés être des parents d’enfants de 5 à 17 ans. Pourtant en 2006, lorsque le documentaire sur le MPAA “This Film Is Not Yet Rated” a été produit, 4 des 10 membres du comité avaient des enfants dans la braquette d’âge requise, mais 3 des enfants étaient très proches du 17 ans et les autres avaient soit des enfants d’âge adulte ou pas d’enfants du tout…
Dans les dernières années, the Weinstein Company s’est souvent trouvé en appel de décisions prises par la MPAA:
  • “The King’s Speech” avait initialement reçu la cote R à cause du langage, le Roi utilisant le terrible “F-word” à sept reprises! Pourtant, l’usage du mot était à des fins thérapeutiques; sacrer a aidé le Roi à soulager son stress et prendre le contrôle sur son bégaiement. Weinstein n’a pas réussi à convaincre le comité de changer la cote pour un PG-13, mais une version censurée du film est sortie en salles suite à sa victoire aux Oscars et cette version eut la cote désirée.
  • “Blue Valentine” avait initialement reçu la cote redoutée de NC-17 à cause d’une scène impliquant du cunnilingus. De dire Ryan Gosling, vedette de “Blue Valentine” au comité: “plusieurs films ont des scènes de sexe oral où c’est l’homme qui le reçoit de la femme – et la cote est R. Dans notre film les roles sont inversés et tout d’un coup c’est perçu comme de la pornographie.” Après deux mois de délibérations, le film eu la cote désirée.
Ceci m’amène à ma frustration du jour: la cote R pour le documentaire “Bully”. Réalisé par Lee Hirsch, ce film parle du problème de l’intimidation en suivant des étudiants dans leur vie académique et familiale durant l’année scolaire 2009-2010. Le film met davantage l’emphase sur deux jeunes qui se sont suicidés suite à avoir été intimidés. Le film a pour but de mettre en lumière le problème de l’intimidation, un problème dont on commence à parler au Québec à cause du suicide de Marjorie Raymond et d’autres; mais un problème qui a besoin d’être pris en charge par la société. Personnellement, voir un film reflètant une situation que je vis, que je n’arrive pas à comprendre ou à exprimer m’a toujours (TOUJOURS!) aidé à mieux gérer la situation car je ne me sentais plus seule. La MPAA devrait le savoir ça, étant un conglomérat de studios de films… mais en ayant très peu de parents d’enfants du public cible de “Bully” dans le comité, j’ai l’impression que le film a été incompris par la MPAA😦 En empêchant le public cible de voir le film, la MPAA ne favorise-t-il pas l’intimidation? Si un jeune se sent intimidé, il ne se sentira probablement pas à l’aise de demander à ses parents de l’accompagner voir le film. Un film comme “Bully” a besoin d’être accessible pour que les jeunes sachent qu’ils ne sont pas seuls dans leur situation mais aussi pour que ceux qui intimident comprennent les conséquences de leurs gestes. C’est à croire que la MPAA n’a pas compris (ou vu) le film! Heureusement au Québec et dans le reste du Canada, la cote est G! Chapeau à la Régie du cinéma du Québec🙂

Mon avis? The Weinstein Company ne fait pas partie des six plus grands studios hollywoodiens, et aussi longtemps que ce sera le cas, il aura toujours des problèmes de classification avec ses films. La MPAA défend ses propres intérêts. Comment expliquer qu’un film comme “The Hunger Games”, qui montre des jeunes qui s’entretuent comme sport, ait la cote PG-13? Ah oui! Il n’y a pas de sexe ni de gros mots! 
En date d’hier, 26 mars 2012, Harvey Weinstein annonça que “Bully” sortira en salles sans cote de classement (Unrated) en protestation contre la MPAA. Conséquemment, ce sera aux cinémas de décider s’ils veulent présenter le film. Malheureusement, les régions plus conservatrices des États-Unis ont tendance à suivre les cotes de la MPAA à la lettre. Weinstein espère que le sujet du film et la controverse entourant celui-ci ne pénalisera pas la distribution en salles de “Bully”. À suivre…

Le problème avec la MPAA en une image!

Commentaires? Comments?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s