À quand une meilleure offre de films en français à Montréal?

Il y a quelques mois, mon beau-frère écrivit cette lettre qui fut publiée dans le journal Le Devoir:

Lettres – Plus loin dans le coin
J’habite dans le quartier Saint-Henri, à Montréal. Un soir, j’ai eu envie d’aller au cinéma avec ma copine. J’ai alors remarqué que dans les 4 cinémas les plus proches de chez moi (AMC Forum, Cinéma Banque Scotia, Cinéma Dollar et Cinéma Côte-des-Neiges), il y avait 52 films présentés en anglais et seulement 3 films en français (dont un sous-titré en anglais). Ne me faites pas croire qu’il n’y a pas de place dans un complexe de 22 salles pour quelques films en français… Montréal, ville francophone?

C’est comme si j’avais envie d’aller jouer dans le carré de sable au parc du coin de la rue et qu’on me demandait gentiment d’aller jouer plus loin dans le coin parce qu’il n’y a pas de place pour un francophone. À ce que je sache, Montréal est ma ville. Donc, où est ma place? Réponse: plus loin dans le coin…

Philippe Thouin – Montréal, le 29 septembre 2011

http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/332847/lettres-plus-loin-dans-le-coin

Après avoir lu l’article, je me suis dit qu’il y a un problème à Montréal : le problème de choix de films en français!

Vous vous demandez peut-être pourquoi je ne m’en suis pas rendue compte plus tôt? Ce n’est parce que je ne voulais pas, c’est juste que je suis ce que j’appelle une “née bilingue” (français/anglais): spécimen se retrouvant parmi la population née à Montréal. Ce spécimen a eu un parent communiquant avec eux en français, l’autre en anglais, et ce depuis la naissance. Conséquemment, le « né bilingue » a une grande facilité dans les deux langues, au point ou il ne se rend pas compte qu’il lit quelque chose en français ou en anglais, ou regarde un film dans l’un ou l’autre langue. Passer d’une langue à l’autre est quelque chose de naturel pour le « né bilingue ». Vous m’excuserez donc de ne pas faire état de ce problème plus tôt, j’étais victime de mon bilinguisme😉

Compte tenu que l’article de mon beau-frère datait de septembre 2011, j’ai voulu voir si l’offre de films avait différé depuis ce temps-là. J’ai donc consulté les horaires du 6 au 12 avril 2012 des quatre cinémas mentionnés dans l’article. Voici ce que j’ai trouvé :

  • Cinéma Plaza Côte-des-Neiges : Des 8 films offerts, aucun film n’est offert en version française.
  • Cinéma Banque Scotia :  Des 8 films offerts, aucun film n’est en version française. Le seul film en langue étrangère (indonésien, soit “The Raid”) n’est offert qu’avec des sous-titres anglais. Une des deux salles présentant ce film aurait pu avoir une version sous-titrée en français…
  • Dollar Cinéma: Des 8 films offerts, aucun film n’est en version française.
  • AMC Forum: Des 16 films offerts : 1 seul est en français (“Monsieur Lazhar”, mais avec sous-titres en anglais)! Parmi les 15 autres films, 10 sont présentés en version originale anglaise et les 5 autres sont présentés dans leur langue d’origine mais avec sous-titres en anglais…

Le Cinéma AMC Forum: 22 salles au centre ville mais seulement un film en français!

Mais qu’en est-il de l’offre dans les autres cinémas de la Ville de Montréal? J’ajoute donc à cette recherche les cinémas qui suivent: Cinéma Guzzo Marché Central, Cinéma Guzzo Lacordaire, Cinéma Star Cité, Cinéma Cineplex Carrefour Angrignon, Cinéma Place Lasalle, Cinéma Ex-Centris, Cinéma du Quartier Latin, Cinéma Beaubien, et Cinéma Guzzo Sphèretech.

N.B: J’ai exclut le Cinéma du Parc des résultats car il présente actuellement son Festival du cinéma latino-américain. Par contre, je tiens à souligner que la majorité des films du festival sont sous-titrés uniquement en anglais!

RÉSULTATS: Parmi les 13 cinémas dans la ville de Montréal, 152 possibilités de films sont présentés, 74 en français (incluant les films sous-titrés) et 77 anglais (incluant les films sous-titrés) sans oublier un en version originale arabe!

Mais qu’en est-il du choix de titres? 36 films sont offerts en version anglaise ou sous-titré en anglais; 33 le sont en version française ou sous-titré en français.

À première vue, il semblerait que l’offre de films est presque égale en anglais et en français, mais deux problèmes demeurent: 1) la répartition de l’offre cinématographique et 2) comment est-ce que’une ville ayant comme langue officielle le français puisse se permettre d’avoir MOINS de films dans sa langue qu’en anglais?

Tel que mentionné plus haut, les quatre cinémas les plus proches de mon beau-frère à Saint-Henri offrent 40 films dont un seul en français, mais il est sous-titré en anglais donc je pourrais quasiment l’inclure parmi les films offerts en anglais. Aussi, la majorité des films sous-titrés le sont en anglais seulement. Pourtant, il y a des francophones qui habitent Saint-Henri, Griffintown et autres quartiers entourant le centre ville. Et il y a encore plus de francophones qui travaillent au centre ville et qui aimeraient bien voir un film en sortant du travail. Pourquoi une sélection d’un seul film?

Certains pourraient argumenter que c’est la même chose pour les anglophones habitant dans l’est de Montréal. Pourtant, le Cinéma Guzzo Lacordaire à Saint-Léonard offre des films dans les deux langues (8 en anglais et 6 en français). Et le Cinéma Star Cité dans Hochelaga-Maisonneuve offre toujours un écran d’un gros film en primeur (« The Hunger Games » en ce moment) pour un film en version anglaise. Mais le problème demeure : qu’est-ce qui explique qu’une ville au statut francophone offre moins de films en français dans son centre ville, soit le coeur de la métropole?

Cinéma Guzzo Lacordaire: situé dans l'est de Montréal, communément le secteur francophone, ce cinéma présente un bon ratio de 6 films en français et 8 en anglais.

Je crois que mon beau-frère est malheureusement victime de sa situation géographique :( Pourquoi est-il tenu de se rendre plus loin que les quatre cinémas plus proches de chez lui pour voir un film en français?

Oui, plusieurs gens vivant Montréal ou sa banlieue sont bilingues et peuvent donc comprendre l’anglais, mais ça n’excuse pas la sélection réduite dans une ville au statut francophone! Ne devrait-il pas y avoir plus de films en français, que ce soit en version originale, doublée ou sous-titrée? À mon avis, il serait facile d’avoir certains films étrangers offerts avec sous-titres en français et non seulement en anglais. En Europe, dans les pays n’ayant pas comme langue principale le français ou l’anglais, il est commun d’aller voir un film avec des sous-titres dans plus qu’une langue; ça pourrait être le cas à Montréal! Et ce n’est pas comme si les versions doublées en français ne sont pas disponibles, le Québec achète souvent des films doublés en France, on n’a qu’à continuer de cette façon mais en augmentant la commande!

Compte tenu que la ville de Montréal aime promouvoir le côté francophone de sa ville aux touristes (les slogans récurrents de Tourisme Montréal incluent “Première ville francophone en Amérique du Nord”, “À la Montréal”, etc.) pourquoi ce choix réduit? L’offre cinématographique du centre ville ne reflète certainement pas le statut de ville francophone dont l’administration montréalaise est tellement fière de vanter…

À quand une meilleure offre?

10 thoughts on “À quand une meilleure offre de films en français à Montréal?

  1. L’industrie du Cinéma est mal en point. Les films français se font rare parce que, souvent, dans l’exemple de THE RAID, les versions sous-titrés français ne sont pas offerte parce que le distributeur sait qu’il n’aura pas assez de revenue pour payer sa copie. C’est souvent le cas pour les films qui sont présentés au AMC. Des ”petits films” qui va chercher un public restreins. Culturellement et géographique l’ouest est anglais et l’est français. Tenter de trouver un entrepreneur qui ouvrirais un cinéma francophone dans l’ouest de la ville et virce-versa. À la fin de la journée, même si c’est du cinéma ça reste une business. Le loyer doit être payé. Un autre point est la version originale. Il est toujours mieux de voir les films en version originale de son pays. Imaginé un film québécois traduit en japonais…je ne suis pas certain que les idées sont retransmis de la bonne façon. Donc, il faudrait plus de film en version sous-titrées françaises. De cette façon les anglos / bilingue pourraient voir les films en anglais et les francos comprendraient les dialogues. Comme je ne vois pas d’inconvénient que les films français/québécois soient présentés avec sous-titres anglais au AMC. D’ailleur la majorité des films français ou québécois sortent au AMC mais les recettes sont 10 fois inférieur à ceux du Quartier Latin. Rien d’encourageant pour les exploitants de salle. Si vous connaissez quelqu’un qui a de $, un local peut-être pourriez prendre la chance de présentés de films français à St-Henri…

    Like

    • Vous amenez des bons points et des informations intéressantes! Merci! Je me doutais bien que la motivation première est monétaire, je trouve juste dommage qu’une ville qui se vend comme étant « francophone » ne le démontre pas à niveau-là! C’est comme si c’est correct de montrer un emballage francophone (affichage, panneaux routiers, langue parlée à la STM, etc.) mais pas le contenu… et puisque le cinéma est une forme d’art pour lequel le parler est à l’avant plan, le fait que ce soit en français ou pas est beaucoup plus évident que la danse, la sculpture ou la peinture! En ce qui a trait aux films en anglais sous-titrés en français, je suis d’accord! Le sous-titrage transmet mieux les idées, comme vous le dites, et le jeu des acteurs est mieux mis en valeur. Les versions doublées pénalisent tellement le jeu, c’est pour ça que je préfère voir un film avec sous-titres. Reste qu’il faut offrir des versions doublées car il y a quand même un public qui préfère ça! À ce stade-ci, je crois qu’il faut juste espérer que la revitalisation de certains quartiers comme Saint-Henri fera en sorte que de nouveaux cinémas s’ouvriront ou que l’offre dans les cinémas existants en périphérie change…

      Like

  2. Bravo!

    Comme tu le soulignes, “le beau frère” est probablement “victime” de sa situation géographique. J’essaie de fréquenter le plus possible les cinémas de mon quartier, Angrignon et (surtout) LaSalle, parce qu’il respect un ratio d’environ 50/50 et le service est en français. Impossible de se faire servir en français au Banque Scotia et impossible d’échapper au Bonjour à l’ail (Bonjour-Hi) à l’AMC.

    Il ne me reste plus qu’à enquêter sur le ratio des films anglo/franco à la télé et dans les clubs vidéo et on aura le portrait complet! 😉

    Like

    • Merci Simon!

      Hélas à Montréal, la situation géographique fait toute la différence. Je fréquente surtout le Cinéma Guzzo Marché Central, mon cinéma de quartier actuellement et post-déménagement, et leur ratio est aussi 50/50. Ce que je trouve étonnant de ce mégaplex est qu’il présente régulièrement des petits films québécois ou français (« Roméo Onze » récemment) qui n’auraient que vu le jour au Beaubien ou au Quartier Latin il y a quelques années! Chapeau à Guzzo pour avoir compris !

      En ce qui a trait à tes recherches futures, bonne chance! Mais je vais t’épargner du temps côté clubs vidéo car tu risques de trouver que tous les DVD offrent des versions françaises et anglaises en plus des sous-titres dans les deux langues😉

      Like

  3. Moi je déplore la fermeture du “Parisien” et les limites du cinema du Parc et de l’ex centris. Je sais que ce n’est pas totalement le propos ici mais je me souviens que quand je susi arrivée à Montréal ( 2004) je fréquentais beaucoup ces lieux , que j’appreciais pour leurs diversités…ce n’est plus le cas actuellement😦
    l’offre de cinéma à Montréal tend à s’appauvrir de mon point de vue ( limitée sans doute)

    Like

    • Même si les nouveaux cinémas ayant ouvert à Montréal sont des multiplex avec un grand nombre de salles, j’ai aussi l’impression qu’on a perdu en diversité. Ces muliplex présentent souvent les mêmes films sur plusieurs écrans, au lieu de films différents sur chaque écran… exception étant le AMC! Reste que c’est une business, et qu’est-ce qui vaut plus la peine pour un cinéma? 6 écrans de “The Hunger Games” ou 6 écrans de films indépendants différents? On connait la réponse…😦

      Like

  4. C’est drôle comme commentaire, parce que depuis que je vie dans Pointes-Aux-Trembles j’ai le problème inverse où je suis pas capable de trouver dans mon coin des films en version original anglaise. Tout est traduit par Benoit Brière et Bernard Fortin dans l’est!!! Même les voix de personnages féminins!!! Comme Simon le disait, Phil est victime de sa situation géographique. Même moi je suis obligé d’aller à Laval si je veux voir un film en version ofiginale!

    Like

    • En passant, Saint-Léonard c’est pas très francophone dans le coin du cinéma. C’est normal que la majorité des films soirent en anglais.

      Like

    • Par contre, tu as quand même le Lacordaire (moins loin que Laval pour toi!) avec environ 50% de l’offre de films en anglais, ainsi que le Starcité qui offre habituellement un film en anglais. Le but de l’article était de démontrer que malgré le statut officiel de ville francophone, le centre ville de Montréal offre presque pas de films en français, ce qui est déplorable! L’offre culturelle d’une ville devrait refléter sa langue officielle, et ce n’est pas le cas côté cinéma. Mais je comprends ta douleur de devoir entendre Angelina Jolie personnifié par Bernard Fortin, la vie est injuste parfois…😉

      Like

  5. Pingback: SUIVI : À quand une meilleure offre de films en français à Montréal? « WATTS AT THE MOVIES

Commentaires? Comments?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s