“Cours Lola cours” (“Lola rennt”)

Un des avantages du célébrissime concours “Paul Giamatti fête 45 ans” est l’échange de DVD qui s’est fait parmi mes collègues de travail. Certaines collègues souhaitaient évaluer objectivement les prestations dudit Giamatti en visionnant chacun des rôles finalistes du concours. Conséquemment, j’ai questionné mes collègues pour savoir quels DVD ils pourraient me prêter en échange. Après 10 minutes de “je l’ai déjà vu” ou “ça ne m’intéresse pas” avec une collègue, nommons la Fraulein A, un titre s’est démarqué de sa collection. C’était un de ces films qui faisaient partie de mon interminable liste de films à voir, et je nomme “Cours Lola cours”!

Je crois énormément au fait qu’il y a un temps pour chaque chose. En regardant la pochette du DVD, je me rendis compte que le film a été fait en 1998, il y a donc quatorze ans. Mis à part le coup de vieux, j’essayai de penser aux raisons pour lesquels je n’avais pas encore vu le film. Comme ce fut le cas de plusieurs vieux films, ils ont été honteusement relégués aux oubliettes de par mon snobisme de les voir à tout prix au cinéma. Mais à bien y penser, dans le cas de “Cours Lola cours”, c’était peut-être mieux ainsi. Sans aller dans les détails, un film “évasion” était de mise au moment du visionnement et “Cours Lola cours” était une bouffée de fraîcheur intelligente, divertissante et savoureusement appréciée! Une évasion parfaite!

Pour ceux ne connaissant pas ce populaire film allemand, en voici le synopsis: Manni (Moritz Bleibtreu), le copain de Lola (Franka Potente), est un trafiquant d’automobiles qui a perdu les 100 000 marks allemands du contrat qu’il vient de compléter. Au téléphone avec Lola, Manni est stressé et découragé car son patron va le rencontrer dans vingt minutes et il n’a pas l’argent. Lola essaie de le calmer en lui disant qu’elle trouvera une solution au problème, elle ne sait pas encore comment, mais dans vingt minutes, elle assure Manni qu’elle le rencontrera avec les 100 000 marks. Et de là commence les trois courses de Lola…

Elle court cette Lola!

Le film se distingue par sa trame narrative inhabituelle: l’histoire est racontée trois fois avec trois déroulements et dénouements différents. Chaque histoire commence au moment où Lola part en courant vers le travail de son père (Herbert Knaup), un banquier haut placé qu’elle croit pourra lui prêter les 100 000 marks. Durant sa course, Lola croise des gens dont la vie sera altérée de façon dramatiquement différente à chaque fois. Par exemple, une femme poussant un bébé dans un carrosse réagit lorsque Lola se heurte accidentellement/passe à côté d’elle en courant. Nous voyons sa vie en mode “avance rapide” à chaque volet: 1) son enfant est pris en charge par le service de protection juvénile; 2) la femme gagnera à la loterie et rencontrera l’homme de sa vie et 3) elle se convertira à une religion quelconque… Ceci est le cas des autres personnages que Lola croise en chemin, pour montrer comment un petit événement peut changer le cours d’une vie, une petite action peut altérer la façon que nous voyons ou réagissons face aux choses. Ces petits clins d’oeils, ainsi que le choix de raconter l’histoire trois fois plutôt qu’une, ne sont qu’une façon de mettre en valeur les thématiques du film que sont les pouvoirs de la chance et du hasard, mais surtout la volonté de vivre, de faire face à l’autorité, et la force de l’amour.

Les trois histoires s’entremêlent parfaitement, je crois qu’elles sont faites pour être racontées ensemble. Pas que chacune ne fonctionnerait pas de façon autonome, mais leur impact n’aurait pas été le même. Je crois que mon attachement envers Lola et Manni aurait été différent si je les avais seulement connus avec une seule des histoires. Les grandes forces du film sont d’allier habilement ces trois histoires et créer un attachement fort pour les personnages principaux, pour en faire un tout rassembleur auquel un grand public peut s’identifier et apprécier. Ceci expliquerait la popularité de « Cours Lola cours » dans les festivals de films mondiaux, et la carrière hollywoodienne de Potente par la suite.

Lola (Franka Potente) et Manni (Moritz Bleibtreu)

Le rythme rapide et la musique techno utilisés dans le film, principalement lorsque Lola court, est non sans rappeler les vidéoclips de l’époque. Lors des trois départs de Lola, une courte séquence d’animation de Lola en train de courir (quoi d’autre!) est présenté; ce sont ces courts extraits d’animation qui m’ont réellement ramené à la fin des années 90. Je pensais au vidéoclip de la chanson Paranoid Android de Radiohead que j’ai visionné ad nauseam sur Musique Plus et Much Music à l’époque. De tous les éléments du film, c’est celui-là qui m’a ramené le plus aux années 90 où mon adolescence prit vit. Je n’ai pas de bons souvenirs du secondaire, mais la fin des années 90 se traduisait en ma transition vers le Cégep et de meilleurs jours et moments mémorables; Radiohead faisait partie de ma trame sonore personnelle… et c’est toujours le cas d’ailleurs!

LE MOT DE LA FIN: Original, énervé et énergisant, “Cours Lola cours” est un de ces films qui divertit et stimule, tels que je les aime! Ça nous permet de réellement décrocher car nous devenons complètement accrochés à l’histoire pendant 90 minutes. Verdict? LOUEZ LE TOUT DE SUITE!

DERNIERS DÉTAILS: “Cours Lola cours” (1998) réalisé et scénarisé par Tom Tykwer, mettant en vedette Franka Potente, Moritz Bleibtreu, Herbert Knaup.

8 thoughts on ““Cours Lola cours” (“Lola rennt”)

  1. Ce film fait parti de mes top… Je ne sais trop quel chiffre dire parce que j’en aime beaucoup trop! J’ai vraiment aimé Cours Lola Cours : c’était surprenant, dynamique, bien ficelé, original. Je suis restée surprise de voir ce titre dans ton blogue parce que je l’ai justement proposé à quelqu’un la semaine dernère!😉

    Like

    • Je te comprends Mélanie, j’ai plusieurs film au top mais sans que je puisse leur déterminer une position spécifique sur l’échelle😉

      Effectivement, un film ennivrant et original! Je suis vraiment contente de l’avoir enfin vue!

      Et le fait que tu l’aies proposé à quelqu’un la semaine dernière… another sign of our perpectually connecting thoughts😉 A good thing, for sure!!🙂

      Like

  2. I remember watching this film in film class in CEGEP and it was super impressive (I actually had to watch it twice since I had to write a paper on it). I’m surprised that you hadn’t seen it until recently since I always consider it to be one of those must see foreign films. But I’m glad you wrote about it cause now I want to see it again!

    Like

    • Thanks for your comment (W)anita😉

      As I mentioned in this post, as well as others, I used to be a snob and only watched films on the big screen because I prefered the optimum way of seeing a motion picture. Though I was interested in watching this film, it was put on the back burner because of my ridiculous way of seeing things. Luckily becoming a parent changed that, my difficulty in going to the cinemas as often as in the past has happily forced me into discovering these films that I had put aside! Thank you N🙂

      Anyway, I’m happy to read that my article made you want to see it again!🙂

      Like

  3. J’ ai moi aussi cette liste de film que j’ai snobbé. Dans le même genre, un film en tryptique, je suggère fortement Rashomon.

    Like

  4. Pingback: “Rashomon” « WATTS AT THE MOVIES

  5. Pingback: Wanita Wednesdays: “Run Lola Run” « WATTS AT THE MOVIES

Commentaires? Comments?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s