“Moonrise Kingdom”

Charmant: il n’y a que ce mot qui peut décrire “Moonrise Kingdom”! En fait, “charmant” est un mot qui décrit bien la majorité des films de Wes Anderson. L’esthétique, la trame sonore, la distribution d’ensemble et les dialogues drôles et croustillants font en sorte que j’ai souvent le sourire fendu jusqu’aux oreilles en regardant un des films d’Anderson. Un film intelligent qui réchauffe le coeur et réconforte, tout comme boire un bon chocolat chaud avec une doudou confortable autour de soi un soir d’hiver! (Je n’ai aucune idée pourquoi une analogie aussi hivernale m’est apparue en une journée d’été si chaude, faut croire que mon esprit avait besoin d’être refroidi!)

Pour en venir à “Moonrise Kingdom”, le film se passe à l’été de 1965 sur la petite île de New Penzance, en Nouvelle Angleterre. À l’écart de la civilisation, l’île demeure un lieu idéal pour les colonies de vacances, les chalets… et les amours d’été! Les chemins de deux jeunes mésadaptés de douze ans (selon les adultes qui les entoure…), Sam l’orphelin (Jared Gilman) et Becky l’aînée mal comprise (Kara Hayward), se croisent. Ils cliquent et décident de correspondre. Après un an de correspondances où ils partagent leurs frustrations et aspirations, Sam suggère à Becky de fuguer ensemble. Elle accepte et l’aventure commence. Les parents de Becky (Bill Murray et Frances McDormand), le policier de l’île (Bruce Willis) et les “khaki scouts” dont Sam faisait partie au moment de la fugue, et leur chef (Edward Norton) parcourent l’île entière à leur recherche.  

Suzy (Kara Hayward) et Sam (Jared Gilman) préparent leur fugue!

Sans avoir vécu un été à la campagne comme les personnages du film, je pouvais ressentir l’alléchante ambiance décontractée à mille lieux du rythme effréné de la ville; surtout une ville comme la mienne, en construction constante durant l’été causant traffic, stress et frustrations. En fait, j’avais le goût de me retrouver sur l’île fictive de New Penzance et passer mes journées à lire allongée sur une chaise à l’extérieur. Telle est la force de “Moonrise Kingdom”, Anderson créé en nous le désir de se retrouver parmi son univers. Conséquemment, nous nous attachons aux personnages. Tout comme la majorité des films d’Anderson, cette comédie dramatique nous présente un bon mélange de personnages remplis de défauts mais qui nous charment par leur humanité. Willis et Norton sont particulièrement hilarants dans leur maladresse et incapacité à retrouver les fugueurs, au grand dam des autres adultes en autorité!

Les parents de Suzy (Bill Murray et Frances McDormand), Scout Master Ward (Edward Norton) et Capitaine Sharp (Bruce Willis)

Dans l’ambiance, nous retrouvons l’esthétique. Je dois écrire quelques mots sur les plans simples, mais efficaces, que Anderson a choisi pour son film. Pour les quinze à vingt premières minutes du film, Anderson utilise aucun plan rapproché, préférant les plans larges pour mieux cerner l’environnement et les personnages dans cet environnement. J’ai apprécié cette vue d’ensemble, offrant la possibilité au spectateur de faire connaissance avec l’île de New Penzance et d’avoir sa propre idée sur cet endroit et ses personnages. Les couleurs sont éclatantes et ajoutent au côté chaleureux du film. Je trouvais même que l’image avait un teint légérement brunâtre qui donnait un côté vieillot se mariant bien avec l’époque des années 60.  


Sans être le meilleur Wes Anderson, j’ai été charmée (oui, oui, encore ce mot!) par “Moonrise Kingdom”. La naïveté de cet amour de jeunesse et l’ambiance de vacances ont fait en sorte que je passe un bon moment au cinéma, en plus d’avoir rit aux éclats à plusieurs reprises!  

PETIT TRUC INTÉRESSANT: Lors de sa première semaine en salles, le film a battu le record de recettes moyennes par écran durant la fin de semaine du “Memorial Day” américain (25 au 27 mai 2012) en amassant 130 752$ par écran. Pour vous donner une meilleure idée de ce que cela signifie, “The Amazing Spiderman” a fait 14 822$ par écran sa première fin de semaine de sortie, ce qui est considéré comme excellent dans l’industrie. Disons que les salles devaient littéralement être remplies à craquer pour “Moorise Kingdom”!

LE MOT DE LA FIN: Si vous cherchez un film avec une bonne histoire, drôle, visuellement alléchant, aucun effet spécial et du… *roulement de tambour*… charme (!!), vous serez comblés par ce film! Une alternative intéressante aux films de superhéros envahissants les écrans ces temps-ci! Verdict? ÇA VAUT LE PLEIN PRIX!
DERNIERS DÉTAILS: “Moonrise Kingdom” (2012) réalisé par Wes Anderson, scénarisé par Wes Anderson et Roman Coppola, mettant en vedette Jared Gilman, Kara Hayward, Bruce Willis, Edward Norton, Frances McDormand, Bill Murray, Bob Balaban, Jason Schwartzman et Tilda Swinton.

8 thoughts on ““Moonrise Kingdom”

  1. Pingback: Oscars 2013: mon défi personnel! « WATTS AT THE MOVIES

  2. Pingback: Dear Bruce Willis, I’m sorry for not taking you more seriously up until now! « WATTS AT THE MOVIES

  3. Pingback: Independent Spirit Awards 2013: les nominations! « WATTS AT THE MOVIES

  4. Pingback: Golden Globes 2013: les nominations! « WATTS AT THE MOVIES

  5. Pingback: Oscars 2013: mes prédictions dans la catégorie Meilleur Film « WATTS AT THE MOVIES

  6. Pingback: Oscars 2013: les nominations! « WATTS AT THE MOVIES

    • Je te l’avais dit qu’il y avait des questions faciles dans cet examen! N’es-tu pas satisfaite d’avoir correctement complété l’exercice # 1? Gratulation Schüler🙂

      Like

Commentaires? Comments?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s