“L’affaire Dumont”

J’ai pris un certain temps à écrire cette critique, plus de temps que j’aurais aimé car je vivais l’infâme syndrome de la page blanche. Cela peut paraître ridicule de vivre ce syndrome pour l’écriture d’une critique de film, mais je crois que celle-ci est arrivée pour la raison suivante: la controverse entourant le film suite aux déclarations récentes de la présumée victime, la sœur et l’ex-conjointe de Dumont, qui commençait à trop influencer ma perception du film. J’avais besoin de laisser tomber la poussière pour mieux retrouver mes sentiments initiaux face à ce très bon film québécois.

Source: La Presse

“L’affaire Dumont” est mon premier film du réalisateur Podz. ces deux premiers longs “10 1/2” et “Les sept jours du Talion” me paraissaient beaucoup trop lourd. Ceci n’est certainement pas un film léger mais le thème de l’erreur judiciaire et la métamorphose de Marc-André Grondin en Dumont m’intriguaient, en plus du contexte du début des années 90 et la direction artistique rattachée à celle-ci, disons que les décors gris et blancs avec touches de fluo ne sont pas ce qu’il y a de plus joli.😉

Nous suivons la saga de Michel Dumont (Marc-André Grondin), vraisemblablement accusé injustement de viol. Basé sur une histoire vécue, cette histoire d’erreur judiciaire penche discrètement en faveur du personnage titulaire. Ce n’est guère un reproche, il fallait s’y attendre, “L’affaire Dumont” est une dramatisation des faits se concentrant sur Dumont, il est donc normal que le film semble pencher en sa faveur.

Par contre, certains faits relatés dans le film laissent entendre que Dumont a bel et bien été accusé injustement. Les scènes de procès utilisaient les notes sténographiques officielles, démontrant un préjudice défavorable du juge envers Dumont, faisant en sorte qu’un verdict de culpabilité a été rapidement imposé par la juge. C’était assez choquant de voir cette injustice se dérouler devant mes yeux. Malgré son emprisonnement, la nouvelle conjointe de Dumont, Solange (Marilyn Castonguay), est convaincue de son innocence. Elle passera les trois prochaines années à dépenser efforts, énergies et économies à prouver l’erreur judiciaire, tout en s’occupant de ses trois enfants, et les deux petits de Dumont occasionnellement. Solange demandera même Dumont en mariage lorsqu’il est en prison. Il va sans dire que les énormes sacrifices de Solange, femme forte et de conviction, laissent entendre que Dumont était accusé injustement.

Michel Dumont (Grondin) lors de son arrestation
Source: La Presse

Même si l’histoire penche légèrement en faveur de Dumont, je sentais un grand effort de Podz à demeurer objectif, à ne pas ajouter de touches sentimentales au récit, quelque chose que la version hollywoodienne du film aurait certainement fait, si elle avait existé. Solange, héroïne et salvatrice de Dumont, demeure une anti-héroïne empreinte d’authenticité. J’ai apprécié que son personnage n’a pas eu le “traitement Erin Brockovitch”, qui, malgré la véracité de son récit, semblait inhumaine. Même si son look se serait bien prêté à cette transformation, Solange demeure crédible et incroyablement authentique. 

Marc-André Grondin démontre une retenue et une maturité dans son jeu que je n’avais pas vu par le passé. Il faut dire que, selon moi, ses rôles les plus percutants (“C.R.A.Z.Y.” et “Goon”) sont beaucoup plus flamboyants. Et si Grondin est impeccable, c’est grâce à la force tranquille qu’est Marilyn Castonguay. Cette actrice, que j’ai vu ici pour la première fois, est celle qui donne à Grondin ses ailes. Non seulement son personnage de Solange donne la force et les outils à Dumont pour sortir de prison, mais Castonguay rehausse le jeu de Grondin, leur chimie est forte et convaincante.

Pour revenir à la controverse récente, je souhaite simplement dire une chose. J’ai un respect pour les réalisateurs et scénaristes comme Podz et Danielle Dansereau, qui mettent un effort de calibre journalistique pour raconter des faits le plus justement possible, dans un contexte de film dramatique. J’ai beaucoup moins de respect pour le journalisme sensationnaliste de calibre en bas de la ceinture d’un certain Denis Lévesque de LCN, qui est celui ouvrant le bal de la controverse en invitant la présumée victime, la sœur et l’ex-conjointe Céline de Michel Dumont à “discuter” des faits une fois le film sorti, durant de son émission d’affaires publiques. Le tout sentait l’opportunisme et je n’ai aucun respect pour cela!

Solange Tremblay et Michel Dumont, avec leurs interprètes dans le film: Marilyn Castonguay et Marc-André Grondin.
Source: La Presse

LE MOT DE LA FIN : Un grand film québécois, mené de main de maître par Podz, chapeauté par des prestations magistrales de Marc-André Grondin et Marilyn Castonguay. Controverse ou pas, c’est à voir! Verdict? ÇA VAUT LE PLEIN PRIX!

DERNIERS DÉTAILS: “L’affaire Dumont” (2012) réalisé par Podz, scénarisé par Danielle Dansereau, mettant en vedette Marc-André Grondin, Marilyn Castonguay, Kathleen Fortin, Sarianne Cormier et Francine Ruel.

One thought on ““L’affaire Dumont”

  1. Pingback: Jutra 2013: les nominations! « WATTS AT THE MOVIES

Commentaires? Comments?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s