“Flight”

Je vous avoue qu’en visionnant la bande-annonce de “Flight” mes attentes étaient peu élevées, mais j’ai quand même voulu le voir pour les raisons suivantes : c’était le retour de Robert Zemeckis à la réalisation d’un film non-animé (cela faisait douze ans depuis son dernier film de ce type, soit “Cast Away”), et parce que Denzel Washington déçoit rarement, surtout dans des films où il est le personnage central.

Dès la première scène du film, nous sommes présentés au personnage de Whip Whitaker (Washington), pilote alcoolique et cocaïnomane, réveillé brusquement par son cadran suite à une nuit de débauche et d’ébats amoureux avec Katerina Marquez (Nadine Velazquez), une agente de bord avec qui il travaille. À peine deux heures plus tard, Whitaker et Marquez sont à leur poste sur un vol Orlando-Atlanta qui endure énormément de turbulence. Après une période d’accalmie, l’avion pique rapidement vers la terre; Whitaker prend la décision de renverser l’avion tête vers le bas dans le but de retrouver l’équilibre. L’avion attérit brusquement sur le sol, sauvant la majorité de l’équipage et des passagers. Whitaker est perçu comme un héro, mais lors de l’investigation suite à l’accident, le taux d’alcool et de drogue dans le système de Whitaker pourrait mettre sa carrière en péril…

Cette histoire se vend comme étant une de rédemption, pourtant, cette rédemption n’a lieu qu’à la toute fin du film, quand notre attachement pour Whip s’est envolé depuis longtemps. Il est difficile de s’attacher à un personnage détestable, mais il est encore plus difficile quand il n’y a aucun point sur lequel nous pouvons nous accrocher pour comprendre la détresse de ce personnage. Tel qu’écrit plus tôt, nous savons dès le début que Whip est un alcoolique et un toxicomane, mais nous ne savons pas pourquoi il se rend jusque-là; il a un une belle enfance, une excellente relation avec son père, a vécu son rêve de devenir pilote, etc. Nous savons qu’il est divorcé et n’entretient pas de relation avec son fils à cause de son alcoolisme. Serait-ce par ennui que Whip choisi de boire: le métier de pilote exigeant de voyager beaucoup? C’est le seul point qui me vient à l’esprit mais il n’y a rien dans le film qui laisse entendre cela ou toute autre raison. Pourtant, le film dure deux heures quinze minutes; qu’une étude de personnage n’arrive pas à créer une empathie avec ce lapse de temps n’est pas acceptable. Il va sans dire que le film tourne continuellement en rond: Whip succombant à ses démons maintes et maintes fois, le rendant de moins en moins sympathique.

Whip Whitaker (Washington) en pleine turbulence

Tout au long du film, plusieurs gens veulent l’aider, mais Whip les crache constamment au visage. Le syndicat des pilotes (représenté par Bruce Greenwood) et l’avocat de Whip (Don Cheadle) mettent tous les efforts pour sauver Whip et sa carrière, mais ce dernier n’écoute jamais leurs conseils, faisant constamment à sa tête au grand détriment des personnages de Greenwood et Cheadle, mais surtout l’auditoire. Aussi, lors de son hospitalisation, Whip rencontre Nicole (Kelly Reilly), une ex-toxicomane avec qui il se lit d’amitié. Pourquoi ce personnage a été présenté? Pour rendre Whip quelque peu sympathique puisqu’il offre à Nicole de rester avec lui lorsqu’elle se fait évincer, en plus de créer une pseudo-romance? Probablement, mais ce sentiment de sympathie est de courte durée car malgré les efforts de Nicole, Whip continue à faire à sa tête! Ah la la! C’était insupportable!

Washington se met corps et âme dans ce rôle, mais il n’a malheureusement pas le matériel pour faire en sorte que nous trouvons de l’empathie pour son personnage. Je ne crois pas que ce soit la faute de Washington, mais plutôt celle du scénario faible et prévisible. Whip Whitaker est tout simplement inaccessible et désagréable!

LE MOT DE LA FIN: Une bonne prestation de Washington qui aurait pu être meilleure si le scénario avait rendu son personnage plus accessible. Malheureusement, le scénario prévisible nous fait tourner en rond, montrant toutes les façons possibles de succomber à ses démons d’alcoolisme au lieu d’une étude de personnage constructive! Galère! Verdict? LOUEZ-LE S’IL N’Y A RIEN D’AUTRE DE DISPONIBLE AU CLUB VIDÉO! 

DERNIERS DÉTAILS: “Flight” (2012) réalisé par Robert Zemeckis, scénarisé par John Gatins, mettant en vedette Denzel Washington, Don Cheadle, Bruce Greenwood, Kelly Reilly, John Goodman et Melissa Leo.

4 thoughts on ““Flight”

  1. Pingback: Golden Globes 2013: les nominations! « WATTS AT THE MOVIES

  2. Pingback: Top 5 des films les plus décevants de 2012 « WATTS AT THE MOVIES

  3. Pingback: Oscars 2013: les nominations! « WATTS AT THE MOVIES

  4. Pingback: Oscars 2013: Saviez-vous que? – édition # 3 « WATTS AT THE MOVIES

Commentaires? Comments?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s