“Renoir”

La campagne française, l’été, les femmes, la peinture et donc… l’amour! Telle une peinture de Renoir, ces images embellissent le tableau du film nommé “Renoir”.

renoir film affiche

Le titre du film est trompeur: oui le peintre Pierre-Auguste Renoir (Michel Bouquet) en fait partie, tout comme son fils et futur cinéaste de renom, Jean Renoir (Vincent Rottiers), mais le film tourne surtout autour de la dernière muse du peintre, Andrée Heuschling (Krista Theret). Cette dernière est le lien unissant les deux hommes ayant un relation froide et parfois tendue: pour Renoir père, ce sera sa dernière muse, lui qui décéda en 1919 quelques années après les événements du film; pour Renoir fils, ce sera sa future épouse mais aussi la vedette de ses premiers films, Renoir fils de dire qu’il n’aurait jamais fait de cinéma n’était-ce de Heuschling car il voulait en faire une vedette!

Mais avant tout cela, il y a un Renoir âgé vivant Cagnes-sur-Mer, village paisible de la Côte d’Azur, isolé des réalités de la Première Guerre Mondiale. Il passe ses journées à peindre dans son atelier, assisté par ses nombreuses domestiques (et anciennes amantes…). Un jour, une jeune rousse (Heuschling) arrive au domaine des Renoir, ayant été, supposément, envoyé par Mme Renoir, décédée depuis quelques temps (!!!) parce qu’elle « a l’air d’une Renoir ». Pierre-Auguste Renoir semble être en accord car il l’utilise comme modèle pour ses dernières peintures, sans en rendre jalouses les autres femmes de la maison. Lorsque Jean Renoir revient chez son père dû à une blessure de guerre, il n’aura d’yeux que pour Heuschling.

Andrée Heuschling (Theret), peinte sous l'oeil attentif de Renoir (Bouquet).

Andrée Heuschling (Theret), peinte sous l’oeil attentif de Renoir (Bouquet).

En entrevue, le réalisateur du film Gilles Bourdos dit que son film est très coloré et chaleureux et qu’il nous fera oublier notre long hiver québécois; je n’irais pas jusqu’à dire cela. Le film est certainement beau, mais vit quelques longueurs : Renoir nous est dévoilé comme une platitude, étant soit le vieux moralisateur ou éducateur; Heuschling joue la rousse typiquement fougueuse, amusante au début mais fatigante au fil du temps tellement nous ne comprenons pas ce qu’elle veut. La faute ne revient pas aux acteurs mais plutôt au scénario ayant transformé ces personnages en clichés. Les seuls personnages bien dosés, selon moi, sont Jean Renoir et son jeune frère Claude (Thomas Doret): deux êtres clairement affectés par la mort de leur mère, la guerre qui les entoure ainsi que le manque d’affection et de respect de leur père. Mis à part cela, il y a une froideur et un manque de profondeur au film qui me laissaient perplexe: comment un film sur Renoir, lui qui peint avec tellement d’émotion et de couleurs, peut être si sec, aride et terne. J’ose croire que d’autres films sur le peintre et sa vie lui rendent mieux justice…

LE MOT DE LA FIN: Un tableau, comme toute image, raconte des milliers d’histoires, dépendamment de l’interprétation que nous y soutirons. Le film “Renoir” n’explore pas le peintre à sa juste valeur, le laissant plutôt planer vers l’oubli, le peignant plutôt négativement. Décevant, certes, mais intéressant pour voir le futur cinéaste Jean Renoir en devenir… Verdict? ATTENDEZ LE DVD!

DERNIERS DÉTAILS : “Renoir” (2012) réalisé par Gilles Bourdos, scénarisé par Michel Spinosa, Jérôme Tonnerre et Gilles Bourdos, mettant en vedette Michel Bouquet, Christa Theret et Vincent Rottiers.

Commentaires? Comments?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s