“Say Anything…”

Dans la catégorie Comment ça se fait que je n’ai toujours pas vu ce film, il faudrait ben que je le vois! se trouvait “Say Anything…”, classique du cinéma des années 80. Pour une raison quelconque, je croyais que le film était réalisé par John Hughes, probablement car il met en vedette des adolescents durant les années 80, mais c’est plutôt Cameron Crowe, que j’identifiais plus aux années 90, qui scénarisa et réalisa le film.

Say Anything poster

Lloyd Dobler (John Cusack), adorable, populaire mais un étudiant moyen, n’a d’yeux que pour Diane Court (Ione Skye), fille à Papa, solitaire et la meilleure étudiante de sa classe. Malgré qu’ils viennent de milieux très différents, Lloyd et Diane tombent en amour, passant tous leurs moments libres ensemble, au grand dam du père de Diane (John Mahoney). Nous vivons les hauts et les bas de la relation de Lloyd et Diane durant l’été suivant leur graduation du secondaire.

Ce qui m’a marqué du film est la grande qualité de son écriture. Crowe avait un panache pour se mettre dans la tête des adolescents en représentant parfaitement leur façon de penser et de voir les choses; et même si ces ados sont des années 80, les thèmes de l’amour, la quête identitaire, les responsabilités et la musique (toujours un thème dans un film de Crowe!) se reflètent aussi dans la vie des adolescents de toute décennie. Ceci créait des dialogues croustillants et empreints de réalisme.

La chimie entre Cusack et Skye crève l’écran. Même si le couple nous est présenté comme étant improbable dû à leurs différences sociales et financières, les étincelles sont apparues dès leur première conversation téléphonique et elles se sont amplifiées tout au long de la durée de vie de leur couple. On ne pouvait que vouloir une réconciliation des deux tourtereaux suite à leur imminente rupture!

Les acteurs sont solides mais c’est Cusack dont on se souviendra en visionnant ce film. Apportant de nombreuses nuances dans son jeu, il se tire fort bien dans les moments loufoques, tous comme les moments romantiques et très dramatiques… en plus d’avoir créé une des scènes les plus mémorables de l’histoire du cinéma, tel que discuté plus bas! Dommage que la carrière de John Cusack est présentement au ralenti, peut-être qu’il devrait prendre conseil de l’hilarant article qui suit: http://www.complexmag.ca/pop-culture/2012/04/10-ways-john-cusack-can-get-his-swag-back/ (Très d’accord avec # 8 et # 3 et surtout # 1 !)

Dans un autre ordre d’idées, j’ai bien aimé que l’automobile se trouve à être un personnage important de l’histoire car plusieurs moments importants dans la vie du couple se passent à cet endroit : premières sorties à se promener dans les alentours de Seattle, première nuit ensemble, premier cours de conduite manuel, rupture… l’automobile, premier symbole du cheminement vers la vie d’adulte dans la perception adolescente, que ce soit celle de Lloyd ou de Diane, devient un personnage central du film, complice des événements qui façonnent l’histoire.

IMAGE EMBLÉMATIQUE : Lloyd à l’extérieur de la maison de Diane, tenant à bout de bras sa grosse radio-cassette (boombox) avec la chanson “In Your Eyes” de Peter Gabriel, la chanson de leur première nuit ensemble, qui joue à plein volume. Une sérénade inoubliable!

Une image qui ne s'oublie pas!

Une image qui ne s’oublie pas et qui a été oh combien imitée!

LE MOT DE LA FIN : Je suis contente de finalement comprendre pourquoi ce film est un incontournable du cinéma des années 80. S’enlignant avec le cinéma de John Hughes, Crowe avait un œil pour cerner et une plume pour exprimer la réalité des adolescents des années 80, qui n’est pas bien différente de celle des adolescents des décennies suivantes… mis à part le spray net et les boombox😉 Verdict? LOUEZ-LE TOUT DE SUITE!

DERNIERS DÉTAILS : “Say Anything…” (1989) scénarisé et réalisé par Cameron Crowe, mettant en vedette John Cusack, Ione Skye, John Mahoney, Lili Taylor et Joan Cusack.

3 thoughts on ““Say Anything…”

  1. J’ai vu ce film quand j’avais environ 17 ans et je ne savais pas quelle ampleur il avait dans la culture populaire. Quand j’ai lu la description dans le guide hebdo, ce qui m’avait accrochée c’était “John Cusac” et “comédie romantique” : c’était un Movie Night parfait à m’installer. J’ai tellement aimé ce film, je ne pouvais pas l’expliquer. Par la suite, j’ai compris : j’ai trouvé les qualités que je voulais dans un amoureux… Je voulais le gars des vues… et je l’ai trouvé moins d’un an plus tard! Et puis “In Your Eyes” de Peter Gabriel est devenue une des chansons les plus romantiques entendues, elle m’emporte complètement quand je l’entends.😉

    Like

    • Merci pour ton touchant commentaire Mélanie!! Je peux voir des parties de Lloyd Dobler dans ton gars des vues… except maybe for the kickboxing😉 hihi

      Je suis bien d’accord concernant “In Your Eyes”, c’est certainement une chanson qui a bien vieillit, tout comme le film🙂

      Like

  2. Pingback: “Mud” | WATTS AT THE MOVIES

Commentaires? Comments?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s