“Lee Daniels’ The Butler”

​”​Lee Daniels’ The Butler” vous est peut-être familier sous son appellation précédente, soit le même titre sans le nom du réalisateur collé à l’avant. En fait, suite à une dispute avec Warner Bros. qui a traîné jusqu’en court, le distributeur The​ Weinstein Company s’est vu obligé de chang​er​ le nom du film car il était identique à un court-métrage de Warner de 1916 et ceci, selon Warner, pouvait créer de la confusion ! Pour faire une longue histoire courte, les titres de films ne sont pas protégés par des droits d’auteur mais certains sont protégés par le Title Registration Bureau de la Motion Picture Association of America, et “The Butler” était un de ces titres… mais entre vous et moi, je ne crois pas que beaucoup de gens aient vu le court-métrage centenaire donc ​qu’une​ confusion ait lieu n’est pas très plausible​..​.
Lee-Daniels-The-Butler-poster

Pour revenir au plus récent “Butler”, le film est inspiré de la vie de Eugene Allen, majordome à la Maison Blanche pendant ​près de 30 ans, soit durant les présidences de Eisenhower (Robin Williams), Kennedy (James Marsden), Johnson (Liev Schreiber), Nixon (John Cusack), Ford, Carter et Reagan (Alan Rickman). Eugene Allen est plutôt nommé Cecil Gaines (Forest Whitaker) dans ce film; nous le voyons naturellement au travail, mais aussi dans sa vie personnelle, auprès de sa femme Gloria (Oprah Winfrey) et leurs deux enfants Louis (David Oyelowo) et Charlie (Elijah Kelley) et comment les événements majeurs de l’histoire américaine, mais celles touchant plus particulièrement les afro-américains entre 1957 et 1986​, ont marqué leurs vies.

Le film a un style très épique de part le lapse de temps où Gaines travaille à la Maison Blanche et les nombreux événements historiques​ parsemant ce séjour: l’intégration d’étudiants noirs à une école d’étudiants blancs en Arkansas, le Civil Rights Act de 1964, l​es ​assassinat​s de Martin Luther King, Jr.​ et John F. Kennedy​, le parti Black Panther​ et le mouvement Black Power​, la Guerre du Vietnam, etc. Le rythme est parfois mélodramatique, poussant la larme à l’oeil trop vigoureusement, mais le propos et l’importance de cette page d’histoire l’emporte tout de même sur la structure hollywoodienne.

Gloria (Winfrey) et Cecil Gaines (Whitaker)

Gloria (Winfrey) et Cecil Gaines (Whitaker)

Je respecte grandement le choix d’avoir changé le nom du majordome dans le but de romancer sa vie plus librement. Rien de pire qu’un film se voulant historique mais qui utilise les noms de vraies personnes et lieux mais changent les événements… Reste que la probabilité que Cecil soit employé à la Maison Blanche en tant que majordome au service des blancs les plus puissants de l’Amérique, quelque chose de mal vu pour la plus jeune génération de noirs de l’époque, en même temps que son volatile fils aîné Louis soit impliqué dans absolument toutes, et je dis bien toutes, les activités anti-racisme et anti-ségrégation de l’époque est très improbable. Je comprends que ce choix narratif était une excuse pour présenter plus facilement les faits marquants de l’époque, mais c’était quelque peu tiré par les cheveux…

Ce qui sauve grandement le film sont les interprètes principaux: Forest Whitaker, Oprah Winfrey (yup, she can act!), et David Oyelowo (une découverte pour moi!) livrent des prestations émouvantes et solides, je ne serais pas étonnée de les voir finalistes aux Oscars! Je tiens également à souligner James Marsden en John F. Kennedy et Liev Schreiber en Lyndon B. Johnson: même si leurs scènes fut courtes, elles furent mémorables dû à leur ressemble physique mais aussi l’exactitude de leur maniérismes, leur débit et intonation de voix donnant l’impression que ces présidents avaient ressuscités! Superbes! (Mais bémol pour John Cusack en Nixon, il jouait lui-même! Franchement Cusack, s’il y a un président facile à imiter c’est bien Richard Nixon! Ouf! I think you need an acting class refresher…)

Kennedy (Marsden) et sa petite famille rencontrent le personnel de la Maison Blanche

Kennedy (Marsden) et sa petite famille rencontrent le personnel de la Maison Blanche

SO OSCAR GEEK, WILL IT BE NOMINATED? Avec le succès fou que le film connaît présentement au box office, j’ai un sentiment de déjà vu m’amenant à l’été 2010 lorsque le film “The Help”, drame du même genre, programmé en salles en fin d’été lorsque les cinéphiles sont tannés des films d’action et de superhéros, connut lui aussi un grand succès. “The Help” fut nommé 4 fois aux Oscars incluant la catégorie Meilleur Film. Il est encore tôt ​pour voir si ceci se répétera pour “The Butler”, mais le potentiel est là! MES PRÉDICTIONS: Meilleur Film, Acteur (Whitaker), Actrice de Soutien (Winfrey), Costumes et Maquillage… et peut-être Meilleur Réalisateur (Lee Daniels) et Scénario Adapté.

MATÉRIEL SOURCE: Vous aimeriez lire l’article ayant inspiré le scénariste Danny Strong? A Butler Served Well By This Election de Wil Haygood, publié dans le Washington Post en 2008 se trouve en cliquant ici!

LE MOT DE LA FIN: Un film important, car les afro-américains méritaient d’avoir une fresque historique dévouée à leur combats de reconnaissance des droits civils. Mélodramatique par moments, je le conviens, mais avec de solides prestations et un rythme très bien soutenu! Verdict? PETIT PRIX DU MARDI!

DERNIERS DÉTAILS: “Lee Daniels’ The Butler” (2013) réalisé par Lee Daniels, scénarisé par Danny Strong, inspiré de l’article “A Butler Served Well By This Election” de Wil Haygood, mettant en vedette Forest Whitaker, Oprah Winfrey, Cuba Gooding Jr., Lenny Kravitz, David Oyelowo et beaucoup d’autres acteurs!

7 thoughts on ““Lee Daniels’ The Butler”

  1. ahhh j’ai hésité et finalement je ne l’ai pas vu …
    ———————
    Je t’ai tagguée sur mon blog
    Bonne journée
    Bises

    Like

    • Ils l’avaient en matinée maman/bébé? En tout cas, oui, tu devrais le voir! Compte tenu de son succès en salles et son potentiel oscarien, je crois qu’il sera présent longtemps sur grand écran!

      Merci pour le tag, c’est TRÈS gentil et apprécié!! Mais il me sera difficile de rendre la pareille car je consulte que peu de blogues… c’est peut-être juste moi, mais j’ai l’impression que la communauté de blogueurs cinéma francophones n’est pas aussi animée que les blogues de lecture francos. En tout cas, j’ai de la difficulté à trouver des blogues du même genre que le mien en français…

      MERCI ENCORE!!!🙂

      Like

      • Oui, il était proposé, il y a peu de temps mais j’ai opté pour une balade avec des amis à la place.
        Loulou commençant la garderie bientôt, si tout s’y passe bien, je vais peut-être m’octroyer des séances ciné avant le retour au travail. On verra si je me laisse tenter par celui-ci donc !

        ————

        Pour le tag, je comprendrais si tu ne voulais pas y participer et j’avoue, 15 personnes c’est beaucoup à trouver, surtout dans ton domaine de blog. Y’en a qui font le tag qu’à moitié aussi … enfin, c’est à toit de voir et je voulais juste dire que j’aimais bien ton blog😉

        Like

        • Ah, bien si tu t’octroie quelques séances ciné j’ai bien hâte de lire sur ce que tu auras vu😉

          C’est bon à savoir pour le Versatile Blogger… je vais y penser! Mais comme j’ai écrit sur ton blogue, merci d’avoir pensé à moi! Moi aussi j’aime bien ton blogue, j’y découvre des livres que je n’aurais pas pensé lire et, à défaut de pouvoir tous les lire, je les vis à travers toi! À la base, j’aime ton blogue, c’est pour ça que j’y vais et y commente régulièrement🙂

          Like

  2. Pingback: Ceci n’est pas une blague, voici les nommés des People’s Choice Awards 2014 ! | WATTS AT THE MOVIES

Commentaires? Comments?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s