TIFF 2013: “Jodorowsky’s Dune”

Je suis fascinée par les « et si? » de la vie. Dans le contexte du cinéma, cela s’applique de cette façon: si tel film avait été fait par tel réalisateur, aurait-il été aussi bon et/ou son impact culturel aurait-il été similaire; si tel acteur avait joué tel rôle, comment aurait été notre perception du personnage et/ou aurait-il été aussi mémorable, etc. C’est ce qui m’a amené vers “Jodorowsky’s Dune”, documentaire sur le défunt projet de « Dune » que le réalisateur franco-chilien Alejandro Jodorowsky devait réaliser au milieu des années 70.

jodorowsky's dune

Un drôle de numéro ce Jodorowsky, réalisateur culte des films « El Topo » et « La montagne sacrée ». Le film commence avec Jodorowsky nous disant ceci :

“I wanted to do a movie that would give the people who took LSD at that time the hallucinations that you get with that drug, but without hallucinating. I did not want LSD to be taken, I wanted to fabricate the drug’s effects. The picture was going to change the public’s perceptions. My ambition with “Dune” was tremendous. They gave me all the economic means to do whatever I wanted. So, what I wanted was to create a prophet…”

Vous voyez ce que je veux dire? Bien avant le navet de David Lynch ou les mini-séries du début des années 2000, Jodorowsky était censé réaliser « Dune », produit par Michel Seydoux, avec Orson Welles (!), Mick Jagger (!!) et Salvador Dali (!!!) dans des rôles de soutien, ainsi que de la musique écrite par Pink Floyd et Peter Gabriel, entre autres. Bref, le « Dune » de Jodo aurait été grandiose, épique et un chef d’oeuvre, du moins c’est ce que lui et ses collaborateurs semblent croire! Après avoir vu le documentaire, je ne suis pas certaine que ce « Dune » aurait été un chef d’œuvre, j’ai l’impression que les personnalités fortes que sont Dali, Jagger et Welles, entre autres, auraient causé des problèmes enfreignant la cohésion de l’histoire et de la production; quelques indices dans le documentaire nous mènent à croire cela. Reste que, comme le dit le réalisateur Nicolas Winding Refn dans le film, il aurait été intéressant de voir l’impact du « Dune » de Jodorowsky sur le cinéma de science-fiction s’il était sorti, tel que prévu, avant « Star Wars »…

Un jeune Jodorowsky (à gauche) avec son producteur et ami Michel Seydoux (droite) et un acteur costumé durant le pré-production du défunt "Dune"

Un jeune Jodorowsky (à gauche) avec son producteur et ami Michel Seydoux (droite) et un acteur costumé durant le pré-production du défunt “Dune”

Le documentaire regorge de détails croustillants sur le processus de création grâce à des entrevues avec Jodo mais aussi ses nombreux collaborateurs dans le processus de pré-production (H.R. Giger, Dan O. Bannon, Chris Foss et Moebius), en plus de discuter en détails du mythique storyboard qu’il créa avec l’artiste Moebius et qui sut faire sa place dans tous les films de science-fiction depuis le milieu des années 70! En fait, Giger, Bannon et Foss travaillèrent tous sur “Alien” quelques années après le défunt « Dune »…

En tout cas, s’il est une chose, ce Jodo est un GRAND fou, un amoureux du cinéma, de l’art et un incroyable raconteur! Les quatre-vingt-dix minutes du film ont filé tellement rapidement que j’avoue avoir eu un peu de peine à la fin car le charmant Jodorowsky n’était plus là pour me raconter son grand amour déchu, son “Dune”!! J’ai l’impression d’avoir vu le film sans qu’il n’ait été fait: une étrange mais agréable sensation… est-ce le faux effet de LSD qu’il voulait faire vivre à son auditoire?😉

P.S. Mes excuses de nouveau au bloggeur des sites Écoute Seb Écoute et Leromanduromancierestromanesque pour la « redondance » de certains de mes propos! Mais bon, vous étiez averti quand même!!!

L'équipe du documentaire, donc le réalisateur Frank Pavich (en pantalon bleu), lors de la période de questions suivant le visionnement, menée par le merveilleux Colin Geddes, programmeur au TIFF.

L’équipe du documentaire, donc le réalisateur Frank Pavich (en pantalon bleu), lors de la période de questions suivant le visionnement, menée par le merveilleux Colin Geddes, programmeur au TIFF.

LE MOT DE LA FIN : Un superbe documentaire divertissant et regorgeant de savoureux détails, mais pas rigoureux comme on s’attend d’un documentaire, car il présente plutôt le point de vue de Jodo et ses collaborateurs sur le défunt projet, absents sont des entrevues avec les patrons des studios hollywoodiens ayant refusé le projet. Ceci n’est pas vraiment un défaut étant donné que ce que l’auditoire veut de ce documentaire est d’entendre Jodorowsky nous raconter son « Dune ». Bref, « Jodorowsky’s Dune » est une lettre d’amour à Jodorowsky. Nul besoin d’être un grand amateur de science-fiction pour apprécier, tout amateur de cinéma aimant une bonne histoire sera ravi! Verdict? ALLEZ LE VOIR DÈS QU’IL SORTIRA EN SALLES LE 14 MARS 2014! Je sais, c’est long mais votre patience sera récompensée!🙂

DERNIERS DÉTAILS : « Jodorowsky’s Dune » (2013) réalisé par Frank Pavich, avec Alejandro Jodorowsky, Michel Seydoux, Chris Foss, Brontis Jodorowski, H. R. Giger, Dan O. Bannon, Nicolas Winding Refn.

2 thoughts on “TIFF 2013: “Jodorowsky’s Dune”

  1. Pingback: TIFF 2013 : tous les articles que vous vouliez lire mais aviez peur de fouiller à travers le site pour les trouver! | WATTS AT THE MOVIES

  2. Pingback: Top 10 des meilleurs films de 2013 | WATTS AT THE MOVIES

Commentaires? Comments?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s