“Gabrielle”

Après ses trois nominations consécutives dans la catégorie de l’Oscar du Meilleur Film Étranger, en plus de ses nombreuses accolades à l’international, le cinéma québécois se porte très bien. Les espoirs sont donc mis sur « Gabrielle », le dernier film de Louise Archambault, sélectionné par Téléfilm Canada pour la course à l’ultime trophée doré. Malheureusement, après « Incendies », « Monsieur Lazhar » et « Rebelle » en lice aux Oscars, je m’attendais à un meilleur film, un de calibre supérieur. « Gabrielle » est bon, mais n’atteint pas ce niveau, surtout en comparaison avec “Le démantèlement” ou “Diego Star” et probablement d’autres films que je n’ai pas encore vus! Dommage…

gabrielleGabrielle (Gabrielle Marion-Rivard) a vingt et un an et vit dans une résidence d’accueil pour personnes ayant un handicap intellectuel. Elle est en amour avec Martin (Alexandre Landry), ayant aussi un handicap du même type, qu’elle a rencontré au sein de sa chorale. Malheureusement, la mère de Martin a beaucoup de difficulté à accepter le désir d’autonomie de son fils et d’accepter que celui-ci veuille une relation d’amour “normale”, au grand dam de Gabrielle et la soeur de cette dernière, Sophie (Mélissa Désormeaux-Poulin), ce qui aura pour effet d’affecter les préparatifs du grand spectacle de la chorale au prochain Mondial Chorale avec Robert Charlebois!

Comme le démontre le synopsis, l’histoire n’est pas unique, la grande différence est de parler de la différence, soit l’amour entre personnes avec un handicap. Cet aspect de l’histoire était bien exécuté, mais le traitement utilisait une quantité énorme d’eau de rose au point d’en noyer la qualité du film. Avec des chansons de Charlebois ou la trame sonore minutieusement choisies, et des mises en situations clichés/touchantes (Gabrielle et Martin qui découvrent le corps l’un de l’autre) ou clichés/frustrantes (la mère de Martin qui surprotège son fils), j’eus le sentiment qu’on me forçait constamment une émotion à vivre; de l’empathie, de la tristesse, de la joie, je n’ai pas aimé me faire imposer des sentiments. Un film fait vivre des émotions, mais parfois un film essaie trop fort de le faire, “Gabrielle” eut cet effet sur moi. Je voulais apprécier le film, d’autant plus que je travaille avec une clientèle handicapée, mais j’ai plutôt été déçue par cette imposition et son emballage bonbon. Est-ce parce que le film tentait de rejoindre un plus grand public qu’il a été fait de cette façon?

Sophie (Mélissa Désormeaux-Poulin) et Gabrielle (Gabrielle Marion-Rivard)

Sophie (Mélissa Désormeaux-Poulin) et Gabrielle (Gabrielle Marion-Rivard)

Par contre, l’histoire autour de la sœur de Gabrielle est ce qui m’a gardé accroché. Mélissa Désormeaux-Poulin joue avec conviction cette jeune femme qui veut tellement être là pour sa sœur au point d’en aliéner (légèrement) sa mère et son copain à l’autre bout du monde, mais qui se rend compte qu’elle doit vivre sa propre vie et non celle de Gabrielle…

Avec le recul, je peux apprécier que Téléfilm Canada ait choisi un film grand public et populaire comme choix de film aux Oscars. Serait-ce pour balancer la lourdeur des choix du passé? Eux seuls pourraient nous répondre. Par contre, ce choix ne devrait pas être fait au détriment de meilleurs films. Je sais pertinemment que le tout est subjectif, mais pour moi, il y a meilleur que « Gabrielle » pour représenter notre cinéma cette année.

Dans un film du même genre, j’ai été davantage touchée par le film belge “Hasta la vista” , un superbe film sur un groupe de jeunes handicapés belges qui font un road trip vers l’Espagne dans le but de profiter des services d’un bordel pour une clientèle handicapée! “Hasta la vista” vaut de votre temps! Je peux même vous prêter le DVD😉

SO OSCAR GEEK, WILL IT GET NOMINATED? Je crois que cette année le Canada ne sera pas représenté dans la course à l’Oscar du Meilleur Film Étranger. Avoir un film en nomination pendant trois années de suite est exceptionnel et, d’après ce que j’ai lu, la compétition serait féroce! Meilleure chance en 2015!

LE MOT DE LA FIN : Un petit film touchant, mettant bien en scène les frustrations de l’amour pour les gens ayant des handicaps physiques ou intellectuels, mais avec un enrobage un peu trop sucré et cliché. Surestimé? Le mot est juste! Verdict? ATTENDEZ LE DVD!

DERNIERS DÉTAILS : « Gabrielle » (2013) réalisé et scénarisé par Louise Archambault, mettant en vedette Gabrielle Marion-Rivard, Alexandre Landry, Mélissa Désormeaux-Poulin.

2 thoughts on ““Gabrielle”

  1. Pingback: Top 6 des films les plus décevants de 2013 | WATTS AT THE MOVIES

  2. Pingback: Jutra 2014, les nommés sont… | WATTS AT THE MOVIES

Commentaires? Comments?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s