“Gravity”

Comme « Avatar » en 2009, « Gravity » atterrit en salles obscures avec des éloges plus grands que nature au niveau des innovations technologiques utilisées. Même s’il est vrai que ce film offre au spectateur une impression de l’espace foudroyant de réalisme ainsi qu’une justification de la pertinence du 3D, il ne faut pas rabaisser « Gravity » au même niveau que le film de James Cameron. Aussi impressionnant visuellement que fut « Avatar », son scénario était assez faible et limité par ses clichés et conventions narratives. « Gravity » n’est pas un chef d’œuvre, ni le meilleur film de Alfonso Cuaron, mais offre tout de même au spectateur un peu plus de profondeur et l’espoir qu’Hollywood puisse produire à nouveau de bons films de science-fiction…

gravity posterUne équipe de la NASA est en mission de réparation du télescope spatial Hubble, lorsqu’une pluie de débris avorte la mission, causant des dommages sévères et le décès de trois membres de l’équipage; les deux survivants, la spécialiste de mission Dr. Ryan Stone (Sandra Bullock) et le commandant de mission Mike Kowalski (George Clooney), tentent par tous les moyens de retourner sur Terre.

Dès les premières images du film, je fus sidérée par la beauté mais aussi la lourdeur du vide que procure l’espace, magnifiquement photographié par Emmanuel Lubezki, fidèle collaborateur de Cuaròn. Au niveau de la beauté, elle est relevée par les nombreux plans séquences utilisées dans le film; la première scène du film, un plan séquence de seize minutes, démontre à quel point l’espace est un vaste terrain inconnu et impressionne aussi par le fait que le tout a été créé par ordinateur, même les habits d’astronautes de Bullock et Clooney ont été créés par imagerie, leurs détails étant stupéfiants. En fait, le film a été construit en plans séquences qui se succèdent mais dont les coupures semblent absentes, dues à la noirceur et l’immensité de l’espace, conséquemment, il y avait une fluidité au long métrage que je n’avais guère vue avant.

Pour revenir à la lourdeur, elle est principalement sentie au fil du drame. Alors que les éléments dramatiques défilent, la peur s’installe dans le visage du Dr Stone et donc dans l’auditoire. Malheureusement, cet attachement au drame s’effrite au fur et à mesure de la narration; ce qui débute comme étant un suspense dans l’espace… devient un film d’action dans l’espace!  Aussi captivant qu’est « Gravity », ou du moins, la première moitié de « Gravity », le maillon faible est le choix de conventions scénaristiques hollywoodiennes transformant le drame en film d’action prévisible. Les attentes étaient naturellement élevées avec Alfonso Cuaròn, après son inoubliable “Children of Men” et son impressionnante incursion dans la série des Harry Potter avec « Harry Potter and the Prisoner of Azkaban », je m’attendais à un peu plus de surprises et de réflexions philosophiques à cause du bagage émotif du personnage de Bullock. La Dr. Stone, vivant toujours le deuil de sa fillette de quatre ans, se prêtait parfaitement à ce genre d’incursion émotionnelle, la pointe des pieds y est trempé mais à peine plus; en lieu de cela, Cuaròn père et fils, coscénaristes, choisissent de créer des situations dramatiques à répétition, question de vanter leurs innovations technologiques que de prendre la route de l’introspection. Ce fut décevant car le film aurait gagné à marier ces deux aspects, “Gravity” mériterait alors mieux la pluie de lauriers que lui décerne actuellement la presse américaine…

Dr Stone (Bullock) et Kowalski (Clooney) avant que le tout dérape...

Dr Stone (Bullock) et Kowalski (Clooney) avant que le tout dérape…

Sandra Bullock joue sans aucun doute le meilleur rôle de sa carrière, elle est parfaite dans le rôle de la forte mais vulnérable Dr. Stone. Puisqu’elle est souvent seule ou uniquement en interaction avec le personnage de Clooney, son non verbal en dit beaucoup sur ce qu’elle ressent et ce qu’elle pense. Je ne suis pas une grande admiratrice des films de Bullock – certains de ses films laissent à désirer – mais je ne peux nier son grand talent comique et dramatique. Rare est-il qu’une femme dans la quarantaine avancée puisse survivre à l’environnement frivole d’Hollywood, tant mieux si Bullock survit et arrive toujours à décrocher des rôles intéressants!

George Clooney, aussi drôle qu’il est dans son rôle, semble jouer… George Clooney! Son Matt Kowalsky n’est qu’une extension de son personnage public de prétentieux comique mais dans un costume d’astronaute. Même si ce personnage procurait au spectateur des moments de répit à la tension claustrophobe ainsi que quelques sourires, il représentait aussi un des problèmes du film, son côté prévisible. Quoi de plus typique que de jumeler une covedette comique (dans un rôle de soutien) au personnage principal plus sérieux dans un film hollywoodien? Cela me rappelait “The Disappearance of Eleanor Rigby: Him and Her”

Dans un autre ordre d’idées, une belle touche de nostalgie fut le choix d’Ed Harris en voix du centre de contrôle de la NASA. Vous vous souviendrez que Harris joua le responsable du centre de contrôle de la NASA dans « Apollo 13 »!😉

Clooney et Bullock dans leurs habits d'astonautes avant l'ajout de l'imagerie par ordinateur.

Clooney et Bullock dans leurs habits d’astonautes avant l’ajout de l’imagerie par ordinateur.

SO OSCAR GEEK, WILL IT GET NOMINATED? Parce que les Oscars sont des récompenses américaines et que ce peuple adore créer des rivalités, depuis octobre les deux titres à l’honneur dans cette compétition sont « Gravity » (le film d’action hollywoodien à gros budget techniquement parfait) et « 12 Years a Slave » (le film intello à petit budget traitant d’un sujet d’importance), deux films qui ne pourraient pas être plus différents l’un de l’autre, justifiant la ridiculité d’une telle récompense… mais nous n’élaborerons pas plus là-dessus aujourd’hui… quoique cela me rappelle la saison des Oscars 2010 où « Avatar » (le film d’action hollywoodien à gros budget techniquement parfait) affrontait « The Hurt Locker » (le film intello à petit budget traitant d’un sujet d’importance)… Pour revenir à la question de cette section: oui, ce film sera sans aucun doute finaliste dans les catégories : Meilleur Film, Réalisateur, Actrice, Cinématographie, Effets Visuels, Montage, Montage Sonore, Mixage, Trame Sonore (probablement) et Scénario Original (par défaut) pour un grand total de 9 nominations et peut-être même plus!

LE MOT DE LA FIN: Impressionnant au niveau visuel et esthétique, ainsi que par la prestation parfaite de Bullock, le film déçoit pourtant par ses choix narratifs typiquement hollywoodiens! Cuaròn devait-il mettre de l’eau dans son vin pour que Warner Bros. lui octroie le budget nécessaire à son projet de rêve? Seul lui le sait… Verdict? PETIT PRIX DU MARDI AVEC LE 3D!

DERNIERS DÉTAILS : « Gravity » (2013) réalisé Alfonso Cuaron, scénarisé par Alfonso Cuarόn et Jonàs Cuarόn, mettant en vedette Sandra Bullock, George Clooney et Ed Harris.

8 thoughts on ““Gravity”

  1. Pingback: Ceci n’est pas une blague, voici les nommés des People’s Choice Awards 2014 ! | WATTS AT THE MOVIES

  2. Pingback: Golden Globes 2014, les nommés sont… | WATTS AT THE MOVIES

  3. Pingback: Oscars 2014 : mes prédictions des finalistes dans la catégorie Meilleur Film | WATTS AT THE MOVIES

  4. Pingback: Oscars 2014, les nommés sont… | WATTS AT THE MOVIES

  5. je reviens après visionnement…tu as été plus que généreuse. le film est d’un prévisible …à mourir d’ennui …really… i had to knit to get along…:) plus sérieusement… ce que j’ai trouvé de bien chez Bullock c est son body et sa coupe de cheveux ( no kidding)…George Clooney m’a donné envie d’être dans l’espace avec lui tant il était rassurant et surtout d’avoir si héroïquement sacrifier sa vie . Il n’ y a rien dire côté technique… c’ est purement magnifique….la terre ne m’a jamais paru aussi belle!…je n’ai pas pu apprécier le silence de l’espace parce que je faisais trop de commentaire ( my bad😉 ) bref….un film à voir sans avoir trop d’attente parce que c’e st du réchauffé coté scénario mais que l’on peut apprécier si on aime le coté technique niveau réalisation🙂

    Like

    • Je me demandais pourquoi tu percevais ma critique comme étant généreuse, mais en la relisant j’ai compris pourquoi. J’ai vu le film au cinéma ce qui favorisait mon admiration du côté technique (tel que discuté hier entouré des sakes bombs…) et je le comparais à “Avatar”… que j’ai détesté!!! (I’m not “normal” and I don’t care!!) Bref, je crois que si tu l’avais vu au ciné tu n’aurais pas été en mode tricot…😉 But I agree that I probably would have been talking during it if I had watched it at home!!! Les longueurs et le fait qu’elle passe constamment à un cheveu de la mort m’a irrité!!! Hahaha!!!

      Like

Commentaires? Comments?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s