“Inside Llewyn Davis”

Les frères Coen ont une filmographie aussi diversifiée en genres que de personnages excentriques dans leurs films. « Inside Llewyn Davis » n’est pas différent à ce niveau, mais ce qui le distingue des nombreux autres films du duo est qu’il est leur film le plus musical, encore plus que “O Brother! Where Art Thou?”.

INSIDE-LLEWYN-DAVIS-POSTERNous suivons le musicien folk Llewyn Davis (Oscar Isaac) pendant une semaine dans le New York de 1961. Sans le sou, sans manteau d’hiver et sans logis – car il est un « vrai » artiste ne voulant pas compromettre son intégrité – Llewyn chante dans des cafés folk et fait le tour des sofas de ses amis du Greenwich Village à chaque nuit, dont celui d’un couple de musiciens Jim (Justin Timberlake) et Jean (Carey Mulligan). Malgré ce désir d’intégrité, Llewyn se rend compte qu’il devra changer s’il veut mieux vivre…

Le film a un rythme lent, peu de choses se passent dans la vie de Llewyn, les Coen l’établissent dès le départ. Ce n’est guère un point négatif, mais ceux s’attendant à une semaine pleine de rebondissements seront déçus; telle n’est pas la marque de commerce des réalisateurs. Il est clair qu’il est un très bon musicien et chanteur, justifiant son désir de persister dans ce domaine difficile, mais l’arrogance et l’intransigeance de Llewyn lui met constamment des bâtons dans les roues qui l’empêchent d’évoluer et blessent les gens de son entourage.

Il va sans dire que la musique a une importance majeure dans le film car Llewyn est un musicien mais aussi car il nous permet de comprendre qui est Llewyn Davis. Llewyn est un homme de peu de mots, souffrant intérieurement, une colère est apparente dans ses yeux et dans son regard. L’histoire donne des indices pouvant expliquer cette frustration, mais c’est la musique qui donne raison à cette colère, cet exutoire nous montre un Llewyn complètement différent, un homme maîtrisé et serein. Voir le film est comprendre Llewyn Davis, comme l’indique le titre.

Oscar Isaac, que je ne connaissais pas avant d’avoir vu ce film, est parfait dans le rôle titulaire. J’ai apprécié que les Coen aient choisi un acteur qui est avant tout un acteur mais avec un talent convaincant de musicien pour le rôle de Llewyn Davis. Isaac a une superbe voix se mariant avec le style folk des chansons de son personnage, mais il jouait aussi l’arrogant de façon convaincante, sans essayer de nous charmer et de prendre parti pour lui. Étrangement, malgré qu’il soit détestable, cette semaine dans la vie de Llewyn était captivante, Isaac ayant un magnétisme nous empêchant de cligner des yeux.

Une démonstration de la superbe direction photo de Bruno Delbonnel

Une démonstration de la superbe direction photo de Bruno Delbonnel

Le directeur photo Bruno Delbonnel a fait un travail merveilleux sur ce film. Ce qui marque dans la cinématographie est l’utilisation de la lumière, particulièrement durant les scènes où Llewyn est en concert. La scène est les environs sont plongés dans une noirceur illuminés uniquement par Llewyn en train de chanter et jouer de la guitare. Le restant de l’écran est plongé dans un gris reflétant la vie de Llewyn, mais quand il chante, la lumière est très présente. Le symbolisme évident rehaussait la beauté de l’image.

SO OSCAR GEEK, WILL IT GET NOMINATED? Les trois derniers films des frères Coen (“No Country for Old Men”, “A Serious Man” et “True Grit”) ont été finalistes dans la catégorie Meilleur Film, donc il est fort probable que ce soit le cas pour “Inside Llewyn Davis”.  Le buzz actuel n’inclut pas les frangins dans la catégorie de la réalisation, mais les chances sont bonnes pour les catégories suivantes: Meilleur Scénario Original et Meilleure Cinématographie. Mais la nomination que je désire le plus serait pour la Meilleure Chanson Originale avec “Please Mr. Kennedy”. J’en parle plus bas!

LE MOT DE LA FIN : Une plaisante incursion dans l’univers des musiciens folk du New York des années 60. La musique et la cinématographie sont ce qui se démarquent le plus de ce film, en plus du thème de l’art et des compromis, une réalité difficile de laquelle Llewyn devra faire des choix marquants… mais, ironiquement, dont les frères Coen n’ont jamais eu à souffrir. Verdict? ÇA VAUT LE PLEIN PRIX!

Au lieu de la bande-annonce, je joins un hilarant extrait musical démontrant bien comment Llewyn pouvait contourner son intégrité pour avoir de l’argent! « Please Mr Kennedy » est une chanson de pseudo-protestation… vous verrez bien ce que je veux dire en cliquant ci-bas.

Et pourquoi pas une autre chanson, Oscar Isaac et Marcus Mumford interprétant “Fare Thee Well (Dink’s Song)”, une chanson traditionnelle folk très présente dans le film. Étant une version live, la chanson commence “vraiment” vers 1:20.

DERNIERS DÉTAILS : « Inside Llewyn Davis » (2013) écrit et réalisé par Joel et Ethan Coen, mettant en vedette Oscar Isaac, Carey Mulligan, John Goodman et Justin Timberlake.

3 thoughts on ““Inside Llewyn Davis”

  1. Pingback: Golden Globes 2014, les nommés sont… | WATTS AT THE MOVIES

  2. Pingback: Independent Spirit Awards 2014, les nommés sont… | WATTS AT THE MOVIES

  3. Pingback: Oscars 2014, les nommés sont… | WATTS AT THE MOVIES

Commentaires? Comments?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s