Mes 7 réalisateurs contemporains préférés: # 3 – Paul Thomas Anderson

À chaque mercredi, découvrez un réalisateur contemporain qui me fascine et son cinéma qui me séduit!😉

Filmographie sélective : « Magnolia » (1999), « There Will Be Blood » (2007), “The Master” (2012)

Mon premier: “Boogie Nights”​ (1997)​ et je ne l’avais pas aimé! Les choses ont changé lorsque je vis “Punch Drunk Love” (2002)!

Paul Thomas Anderson

Mon préféré : J’ai beaucoup aimé “There Will Be Blood” (mais quel titre!) mais je dirais que mon préféré est “The Master”, un film risqué avec des prestations solides et mené par une excellente mise en scène que cela n’a pu que créer un chef d’oeuvre, en plus d’être sa dernière collaboration avec Philip Seymour Hoffman…

Pourquoi j’aime Anderson : J’avais écrit ceci par rapport à Anderson dans un article anticipant la sortie de son dernier film “The Master” qui résume bien pourquoi je l’apprécie!

« … P.T. Anderson est un réalisateur qui fait trop peu de films et c’est bien dommage! Par contre, ses histoires et ses personnages sont tellement travaillés que j’ai l’impression que s’il faisait des films plus régulièrement, ils ne seraient pas du même calibre. Que ce soit “There Will Be Blood”, “Punch Drunk Love” ou “Magnolia”, les personnages des films d’Anderson ont des défauts, mais des défauts réalistes et auxquels nous pouvons nous identifier. À mon avis, un scénario est bien écrit lorsque celui-ci arrive à nous faire comprendre et avoir de l’empathie pour un personnage même si celui-ci est complètement détestable. C’est facile de catégoriser et de décrire un être humain comme étant “bon” ou “méchant”, mais qui est complètement “bon” et qui est complètement “méchant”? Un film nous permet de voyager dans l’intimité de personnages pendant deux heures, conséquemment, ces personnages-là, ces êtres humains-là, ne peuvent être vus comme étant soient “bons” ou “méchants”. L’être humain a trop de contradictions pour s’établir dans une catégorie. La force des scénarios de Anderson est qu’ils arrivent à nous faire voir plusieurs facettes de ses personnages, ce qui nous permet d’avoir un attachement envers ceux-ci, même si ce personnage est le terrible Daniel Plainview dans “There Will Be Blood”… »

J’ajouterais aussi que son goût du risque, son désir de raconter des histoires riches et atypiques mais vides de valeur commerciale sont des éléments que j’adore chez lui. Il est assez établi pour pouvoir se la couler douce avec des films à grands moyens, mais ce n’est pas le cas. Anderson créé les histoires qu’il veut raconter, ce qui apporte le respect de ses pairs et attire les acteurs de grand calibre! Oh que j’ai hâte à “Inherent Vice” cet automne!!

The method to this madness… ou pourquoi il figure sur cette liste? Cliquez ici !

This slideshow requires JavaScript.

13 thoughts on “Mes 7 réalisateurs contemporains préférés: # 3 – Paul Thomas Anderson

  1. On sent la forte prédominance du cinéma américain et l’absence de fille dans ton palmarès jusqu’à maintenant. À l’image des Oscar! ;o) Mais je ne peux vraiment discuter tes choix, parce qu’ils feraient probablement partie d’un top 20 de mon côté.

    Like

  2. Je sens venir le mélodrame.. Vous aviez pourtant dit Frau Professor que je connaitrais au moins 2 des réalisateurs à venir. Il ne vous reste que le top 2 pour réaliser cette prédiction.

    Like

    • Chère Schüler, ne pensez-vous pas que votre professeur vous connaît assez bien, après près d’un an d’enseignement? Ne pensez-vous pas qu’elle savait ce qu’elle disait en prétendant que vous connaissiez au moins 2 des 3 réalisateurs restants? Ne pensez-vous pas que si Paul Thomas Anderson n’est pas un de ceux-ci, cela risque d’être les deux autres?

      Vous m’excuserez, mais il faut ABSOLUMENT que je mette ce mot-clique: #DÉCOURAGÉE !!!!!😛

      Like

      • Puisque vous y tenez ! je répondrais par une baboune additionnée d’une grimace😦 +😛

        Like

          • Pourtant si je me fis à Wikipedia, il semble que l’arrogance est bien servi Paul Thomas Anderson!

            Like

            • Pour faire suite à notre discussion de vive voix, je suis d’accord que PTA a montré de l’arrogance face au programme académique de NYU, par contre, pour faire parallèle à une autre de nos discussions aujourd’hui, tout le monde apprend de façon différente et l’école n’offre pas assez de choix pour tous. PTA n’était peut-être pas fait pour un programme académique structuré, mais a pris son envol en se créant une formation sur le terrain. J’en conviens qu’il a choisi un domaine ou cela est possible, ce n’est guère le cas de tous, mais tant mieux s’il a pu se développer de cette façon, nous cinéphiles sommes plus enrichis par sa présence et sa vision!!

              Like

  3. Pour moi, P.T. Andreson, c’est Magnolia… Son film est entré dans mon top 10 instantanément (celui dans ma tête là!). Je peux difficilement donné beaucoup de commentaires sur ce réalisateur puisque j’ai vu peu de ses films. Comme toi, Punch Drunk Love a été une belle révélation et Boogie Nights m’a permis d’apprécié un thème dont je ne connais pas sous un autre angle. 😉

    Like

    • Je me souviens de ton enthousiasme à me montrer “Magnolia” il y a maintenant plusieurs années, et je t’en remercie d’ailleurs, car avec “Punch Drunk Love”, j’ai su que ce réalisateur était quelqu’un à garder en tête! Et avec chaque nouveau film, les troublants “There Will Be Blood” et “The Master”, j’ai de plus en plus la certitude que nous avons la chance de vivre dans la même époque qu’un des grands maîtres de cinéma contemporains! Vivement PTA !!😉

      Like

  4. Pingback: Le Top 7 de mes réalisateurs contemporains préférés en un seul endroit ! | WATTS AT THE MOVIES

  5. Après avoir vu there will be blood, je dirais que je suis d’accord avec toi, les personnages sont très loin de la caricature. ils ne se cernent pas 5 minutes et même après 2 heures est-ce qu’on les connaît vraiment? J’ai bien aimé le petits échanges entre Daniel et Éli.

    Like

    • Que d’échanges! J’avais découvert Paul Dano, l’acteur qui joue Eli, dans “Little Miss Sunshine”, mais son rôle était muet. J’ai adoré ici le voir et l’entendre et, surtout, tenir tête à la tornade qu’est Daniel Day-Lewis, parfaitement diabolique en Daniel Plainview!

      Like

Commentaires? Comments?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s