“Rope”

Il est vrai que « Rope » n’est pas un grand Hitchcock, l’intérêt premier à le visionner est pour les prouesses techniques que le célèbre réalisateur su inventer en 1948. En effet, « Rope » est surtout connu pour le fait qu’il est filmé en un plan continu. Vous vous demandez comment cela a pu être fait, à une époque où les bobines ne duraient que dix minutes? Hitchcock a su créer l’effet d’un plan continu tout le long de son film grâce à des fondants en noir sur des meubles ou le dos d’un personnage, facilité par l’action se déroulant uniquement dans un appartement. Cette technique facilite définitivement notre immersion dans l’histoire, en plus de rehausser le suspense et l’état de panique qui croît dans les protagonistes principaux, les deux meurtriers « artistiques » que sont Brandon et Phillip. L’histoire est intéressante, mais le propos ne fait pas autant réfléchir que souhaité selon moi, son exécution est trop rapide faisant en sorte que la conclusion semble improbable. Dans ce cas-ci, je crois que Hitchcock préféra l’éclat de son (faux) plan continu que la profondeur de son histoire…

rope poster

Verdict? 7.5/10

DERNIERS DÉTAILS : « Rope » (1948) réalisé par Alfred Hitchcock, scénarisé par Hume Cronyn, Arthur Laurents, Ben Hecht, basé sur la pièce de théâtre Rope de Patrick Hamilton, mettant en vedette James Stewart, John Dall et Farley Granger.

3 thoughts on ““Rope”

  1. Pingback: “Birdman or (the Unexpected Virtue of Ignorance)” | WATTS AT THE MOVIES

  2. Il est parfois difficile d’apprécier ces vieux classiques. La technologie a tellement évolué en 50 ans. Je n’avais pas vraiment d’attentes. Si ce n’est que je me suis dit que j’allais ben voir ce que tu voulais dire quand tu parlais du plan continu.
    Au delà de la technique, j’ai bien aimé l’atmosphère qui s’est tranquillement construit. Brandon qui se croit au dessus de tout alors que Philip plie tranquillement sous la pression. 100 fois mieux que la programmation à l’eau de rose que proposait la télé en l’honneur de la St-Valentin…

    Like

    • Brandon et Philip, les yin et yang du film. Même si je trouvais leur jeu un peu trop théâtral, c’était intéressant de voir comment ces deux personnages géraient la crise… Mais le (faux) plan séquence! Wow!

      Je suis excitée car après Birdman il y a un film qui a été présenté au Festival du film de Berlin qui a été tourné en un plan continu. Le nom m’échappe mais je peux vous assurer que vous entendrez votre Frau Professor en parler!😉

      Like

Commentaires? Comments?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s