“The Theory of Everything”

Il y a vraiment de ces films qui ont des prestations fortes et rien d’autre, « The Theory of Everything » est malheureusement de ceux-là. J’aurais préféré vous dire qu’il est meilleur à d’autres niveaux, hélas non! Naturellement attirant de par le sujet traité, la vie du physicien et cosmologiste Stephen Hawking, les clichés narratifs et la structure tristement conventionnelle du film font que je ne peux en dire mieux!

the theory of everything

La biographie se concentre principalement sur un jeune Hawking (Eddie Redmayne, spectaculaire) alors qu’il est étudiant au doctorat à l’Université Cambridge. Il y rencontre Jane Wilde (Felicity Jones), qui deviendra éventuellement son épouse. Nous suivons Hawking alors que la sclérose latérale amyotrophique envahi son corps et sa vie, de son travail à son couple et sa famille (les Hawking eurent trois enfants).

Nous suivons le récit de la vie d’Hawking de façon assez linéaire, ce qui va de soit dans une biographie, mais le problème que j’ai vécu au visionnement sont les irritants excès d’explications. Je ne parle pas de sur-expliquer les différentes théories de Hawking, plutôt de s’attarder en longueur sur des évidences narratives. Exemple : Pour aider la famille Hawking, Jonathan, le directeur de chorale de Jane passe du temps avec eux et aide dans certaines tâches. Il est évident que Jane et Jonathan (Charlie Cox) ont une attirance l’un pour l’autre qui n’est pas matérialisée. Par contre, lorsque les Hawking se séparent, Jonathan et Jane deviennent un couple. Ceci étant dit, laissez-moi le « plaisir » (gros guillemets!) de vous expliquer en détail la mise en scène pour nous démontrer cela. Jane se rend à l’église où la chorale a lieu. Elle arrive à la toute fin de la messe et s’assoit dans la dernière rangée. Jonathan la voit et quitte immédiatement la scène. Jane a un air triste au visage, reste assise quelques instants et se lève. La seconde qu’elle ouvre la porte de l’église pour sortir, nous entendons un air au piano que Jane et Jonathan aiment. Jane sait que c’est Jonathan qui joue donc elle court à l’endroit où se trouve le piano, Jonathan se lève et les deux s’embrassent. Cette scène était d’un cliché à me donner la nausée! Est-ce que tout ce tralala était nécessaire?  Vous connaissez ma réponse!

Un Hawking davantage affligé par le SLA

Un Hawking davantage affligé par le SLA avec deux de ses enfants

Ceci n’est qu’un exemple parmi plusieurs, mais il vous donne une idée de l’excès d’emballage, « The Theory of Everything » aurait gagné en simplicité. Je comprends qu’il faut parfois faire des choix narratifs au cinéma pour améliorer le flot du film, mais « Everything » recourt trop souvent à l’enjolivement de l’histoire! Conséquemment, des longueurs se font sentir. Une trentaine de minutes auraient pu être coupées des cent vingt-trois utilisés…

N’en demeure pas moins que Jones et surtout Redmayne sont excellents et mériteront leurs nominations aux Oscars le 15 janvier prochain. Mais si James March est finaliste dans la catégorie du Meilleur Réalisateur, je vais lancer quelque chose à mon écran d’ordinateur! March, mieux connu pour ses documentaires “Man on a Wire” et “Project Nim” semble avoir de la difficulté à trouver le ton dans une fiction…

LE MOT DE LA FIN : Deux superbes prestations, mais pour le reste, aussi bien lire une biographie sur Stephen Hawking, ça risque d’être moins à l’eau de rose… Verdict? 6/10

DERNIERS DÉTAILS : « The Theory of Everything » (2014) réalisé par James March, scénarisé par Anthony McCarten, basé sur Travelling to Infinity : My Life with Stephen de Jane Wilde Hawking, mettant en vedette Eddie Redmayne, Felicity Jones, David Thewlis, Charlie Cox, Emily Watson, Simon McBurney et Christian McKay.

9 thoughts on ““The Theory of Everything”

  1. Pingback: Golden Globes 2015: la saison des trophées dorés est arrivée !! | WATTS AT THE MOVIES

  2. Un bon film quand même que j’ai vu en très bonne compagnie !
    P.S ,,, did you see ” Whiplash ” ? It looks interesting .

    Like

    • Définitivement, la compagnie fut très agréable!😉
      Non, je n’ai pas vu “Whiplash” mais ça a l’air full bon!! There’s lots of Oscar buzz on J. K. Simmons’ performance… we’ll see in a few weeks😉

      Like

  3. Pingback: Oscars 2015: les nommés sont… | WATTS AT THE MOVIES

  4. Pingback: “The Imitation Game” | WATTS AT THE MOVIES

Commentaires? Comments?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s